France bois régions : jouer collectif et développer la circularité de la filière

Le 25 septembre 2019
Les réseaux France bois régions a présenté ses actions phares pour l’année 2020 au cours d’une matinée de travail organisée le 6 septembre. 

Les 17 es universités d’été de France bois régions se sont déroulées à Nantes du 4 au 6 septembre. Ces journées ont été l’occasion pour le réseau d’interprofessions régionales de présenter quelques-unes de ses actions phares pour la filière et de travailler avec ses invités sur des thèmes d’actualité tels que les attentes sociétales autour de la forêt ou l’attractivité des métiers de la forêt et du bois.

Du 4 au 6 septembre, la filière forêtbois avait rendez-vous à Nantes pour participer aux universités d’été de France bois régions. Au sein du Bâtiment B, vaisseau amiral d’une filière forêt-bois en Pays-de-la-Loire piloté par Atlanbois, les représentants des interprofessions régionales ont travaillé à la coordination des actions de leur réseau avant d’exposer leurs objectifs aux nombreux représentants des organisations professionnelles présents pour l’occasion.

S’inscrire dans le champ des produits biosourcés

L’an dernier, ces universités d’été avaient permis aux participants de préciser leur organisation suite au redécoupage géographique des grandes régions françaises et de présenter une nouvelle stratégie qui devait conduire France bois régions à recentrer ses actions autour de trois axes prioritaires : la prescription, l’attractivité des métiers, et l’acceptabilité de la récolte forestière. «Nous avons la volonté de consolider la place de la prescription », expliquait cette année Olivier Ferron, délégué général d’Abibois, en ouverture de la matinée de travail du 6 septembre.

«Il y a deux acteurs principaux dans ce domaine actuellement : les prescripteurs de France bois régions et l’association Adivbois. Notre réseau possède un ancrage local, ce que n’a pas Adivbois, c’est pourquoi nous pensons que nos actions dans ce domaine peuvent être complémentaires.» Le réseau de prescripteurs bois de FBR considère que la valorisation du matériau doit désormais s’inscrire dans le champ plus large des produits biosourcés. Une volonté qui pour FBR doit se traduire par une maîtrise plus importante de ces produits complémentaires au bois. «Le bois est le grand-frère des produits biosourcés», lançait dans un clin d’oeil Olivier Ferron. «Il est à présent important de réussir à alimenter le réseau de prescripteurs en éléments ressources et de le faire monter en compétences dans ce domaine.» Conscient de l’importance pour la filière de réussir à franchir un cap sur ces questions, FBR travaille également à la mise en place d’un collectif national dédié à la construction bois. Il devrait regrouper les principales organisations profession- nelles de la filière forêt-bois avec l’objectif de permettre de créer une articulation plus forte entre toutes les initiatives nationales.

Bois-énergie : un secteur incontournable

Avec la prescription bois, le bois-énergie constitue un autre secteur sur lequel le réseau FBR entend focaliser une partie de ses actions en 2020. «Notre réseau bois-énergie est constitué de onze personnes en région et c’est un secteur sur lequel il y a des attentes très importantes», soulignait Éric de la Rochère, délégué général d’Arbocentre. Pour ce secteur central de l’économie de la filière, «Nous avons besoin de récolter plus pour adapter la forêt au changement climatique et développer le bois-énergie. Il nous faut développer la circularité de filière et à ce niveau-là le bois-énergie est un secteur incontournable.»

Première utilisation généralement citée pour le bois par le grand-public, le bois-énergie est appelé à jouer un rôle important dans le cadre des plans climat-air-énergie territorial (PCAET), démarches que les intercommunalités doivent mettre en place pour planifier leurs actions dans le domaine du changement climatique, des énergies renouvelables et de la maîtrise de la consommation d’énergie. «Il ne faut pas que le bois-énergie reste le produit connexe de la filière. Les PCAET prévoient des scénarios 100% renouvelables avec 50% de bois-énergie, ce qui nécessite pour atteindre ce niveau d’accroître de 50% la production de bois-énergie d’ici 2028 et de 200% d’ici 2050». Face à ces objectifs très ambitieux, le réseau FBR propose d’explorer plusieurs pistes, à l’image du recyclage de tous les sous-produits de la filière, pour accroître le volume total de cette ressource. «Mais pour cela, il faut aussi qu’il y ait des chaufferies capables d’absorber ce bois, ce qui doit se préparer dès à présent», précisait Éric de la Rochère […]

Photo : Les réseaux France bois régions a présenté ses actions phares pour l’année 2020 au cours d’une matinée de travail organisée le 6 septembre. 

Voir notre édition verte, Le Bois International, Scierie, exploitation forestière N°31…