École de production de La Giraudière : apprendre en réalisant

Le 7 février 2020
Montage d’un escalier au sein de l’atelier de menuiserie.

Situé à Brussieu (69), à l’ouest de Lyon, l’école de production – ateliers d’apprentissage de La Giraudière dispense des formations allant du CAP au bac professionnel, dans les secteurs de la menuiserie et de la charpente et construction ossature bois, ainsi qu’une section métallerie. La réussite de cette institution, assurant presque la moitié de ses revenus grâce à sa propre production, tient à une méthode d’enseignement polyvalente et proche du terrain, s’appuyant sur une équipe pédagogique composée d’anciens élèves de l’établissement.

C’est en octobre 1957 que l’école de La Giraudière, qui a donc célébré ses 60 ans il y a un peu plus de deux ans, voit le jour. A l’origine de ce projet se trouve un homme de bonne volonté, à savoir le père Camus, curé de la paroisse locale. Conscient de l’enjeu de retenir les jeunes qui ont tendance à s’exiler, celui-ci a l’idée de mettre à profit l’usine Combien, ancienne usine de tissage située à La Giraudière, afin de la transformer en ateliers et en internat. Le père Camus s’inspire en l’occurrence de la méthode que l’abbé Boisard, originaire de Lyon, avait développée dans les années 1880, méthode fondée sur le principe du «faire pour apprendre». Car tel est bien ce qui, aujourd’hui encore, constitue la spécificité de l’école de La Giraudière, dont les 132 élèves se consacrent à réaliser, plutôt que de simples pièces de progression, des ouvrages de commande. «Nous sommes une école privée hors contrat, reconnue par l’Etat, et environ 43% de nos ressources proviennent de notre production. A cela s’ajoutent la taxe d’apprentissage collectée auprès des entreprises, et par ailleurs des financements de la région Auvergne-Rhône-Alpes», explique Anatole Dovy, directeur de l’école depuis novembre 2017 : «A l’origine, l’école formait à la menuiserie, à la métallerie et à la mécanique générale. Or, étant donné que cette dernière activité n’attirait plus suffisamment de candidats, la filière a été fermée en 2008, et une formation dédiée à la charpente et à l’ossature bois ouverte en 2010».

L’école, à l’heure actuelle, forme en ce qui concerne la filière bois aux diplômes de CAP menuisier, de bac professionnel technicien menuisier agenceur et de bac professionnel technicien constructeur bois. La formation allant jusqu’au bac professionnel est d’une durée de quatre ans, avec durant les deux premières années une alternance entre enseignement général et atelier, à raison d’un enseignement théorique d’un tiers de temps, et de deux tiers de temps en atelier, les élèves passant entre 22 et 24 heures par semaine en atelier sur 37 heures et demi de cours, ces cours s’étendant sur 40 à 41 semaines par an. La filière bois regroupe environ 2/3 des élèves, avec, en ce qui concerne la menuiserie, 6 groupes de 12 élèves, chacun encadré par un maître professionnel, et 24 élèves en charpente. Ces maîtres professionnels, au nombre de six en menuiserie et deux en charpente, sont en l’occurrence d’anciens élèves de l’école ayant répondu à l’appel de celle-ci, et jusifiant d’au moins cinq années d’expérience en entreprise.

Un lien étroit avec les entreprises

Sur les six maîtres professionnels menuisiers chargés de la formation en menuiserie, dans l’atelier d’une superficie de 1.200 m2 environ, un des maîtres est formateur poseur et un autre formateur est plus particulièrement en charge des premières années, sachant que ces élèves disposent d’un espace séparé où ils peuvent s’en- traîner au travail manuel du matériau bois. Chacun des quatre maîtres menuisiers supervisant la production possède une spécificité : en plus de Rémi Chartier, responsable de la partie menuiserie et prenant en charge des chantiers d’un volume important, ainsi que diverses tâches administratives, deux autres s’occupent plutôt des approvisionnements ou de la partie agencement, les quatre participants également aux travaux préparatoires du bureau d’études. En ce qui concerne la partie charpente et ossature bois, supervisée par Emmanuel Grégoire, ce sont deux classes de 12 élèves chacune qui œuvrent au sein d’un atelier d’une superficie de 700 m2 environ, disposant d’un pont roulant […]

Photo : Montage d’un escalier au sein de l’atelier de menuiserie.

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°05 …