Anne-Laure Cattelot remet au Gouvernement son rapport sur la forêt et la filière bois

Le 17 septembre 2020

Chargée officiellement en janvier dernier par le Premier ministre d’une mission sur la forêt et la filière bois dans un contexte de changement climatique, la députée Anne-Laure Cattelot a remis le 17 septembre son rapport parlementaire au ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, et à la secrétaire d’Etat chargée de la Biodiversité, Bérangère Abba. Dans ce document intitulé « La forêt et la filière bois à la croisée des chemins : l’arbre des possibles », l’élue LREM de la douzième circonscription du Nord formule 19 propositions et aborde de nombreuses thématiques, de la recherche appliquée sur la forêt et le bois, à la quantité de bois dans la construction, en passant par l’équilibre forêt-gibier ou la protection des forêts ultramarines. « Ce rapport illustre toute la richesse, la diversité, mais également la complexité des forêts françaises et des enjeux auxquels la filière forêt-bois est actuellement confrontée. Par ses propositions concrètes, il sera un support précieux de l’action du Gouvernement sur la filière forêt-bois pour les deux prochaines années », a indiqué le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie. « Puits de carbone, lieu de biodiversité, lutte contre l’érosion des sols, préservation des ressources en eau, nos forêts doivent être au cœur de nos priorités d’action », ajoutait la secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, Bérangère Abba. S’il est difficile de savoir pour l’heure combien de ces propositions seront reprises par l’action du Gouvernement, plusieurs idées ne devraient pas manquer d’être saluées par les organisations professionnelles du secteur, à l’image de la création d’un fonds pour l’avenir des forêts, abondé par le public et le privé, doté de 300 millions d’euros par an sur trente ans. « Au-delà des régénérations naturelles, il nous faudra planter 70 millions d’arbres par an pendant 30 ans, soit un arbre par habitant », écrivait à ce sujet Anne-Laure Cattelot dans son introduction. Le document contient par ailleurs certaines demandes de longue date des organisations professionnelles, telles que la mise en place d’une provision pour investissement et d’un dispositif de suramortissement pour la robotisation et les machines, régulièrement souhaités par les industriels de la première transformation. D’autres recommandations en revanche pourraient susciter plus de débat dans la filière forêt-bois, comme le lancement de la création d’une agence unique des forêts regroupant l’ONF et le CNPF, ou la limitation de la taille des coupes rases à 2 hectares maximum. L’intégralité de ce rapport de mission parlementaire sur la forêt et la filière bois est consultable en ligne sur le site de la députée Anne-Laure Cattelot.

 

crédit photo : agriculture.gouv.fr