Recevoir la newsletter

Magazine

Augmentation du prix de l'électricité : arrêts de production chez Lessebo Paper et Metsä Tissue

Lessebopaper.jpg

Crédit photo Lessebo paper

« L'augmentation drastique du prix de l'électricité oblige Lessebo Paper à arrêter la production à partir d'aujourd'hui mercredi 31 août. Une décision de production sera désormais prise quotidiennement en fonction du prix de l'électricité. », telle a été l’annonce diffusée par le papetier suédois le 31 août 2022. Trois jours avant, le groupe finlandais de fabrication de papier tissu et sulfurisé Metsä Tissue faisait la même annonce. Le 8 septembre, le président de l'Association des chambres allemandes de l'industrie et du commerce (DIHK) lançait l’alerte…

« La Biélorussie, la Russie et l'Ukraine ont exporté 8,5 millions de m3 de bois d'œuvre résineux vers l'Europe en 2021, soit près de 10 % de la demande totale du continent » rappelait ce début septembre la société de conseil Wood Resources International spécialisée dans les marchés des matières premières ligneuses et l'industrie forestière dans le monde. Elle réfléchissait ainsi à la manière dont ce « manque » pourrait être pallié : « À court terme, les scieries européennes pourraient rediriger les expéditions d'outre-mer vers le marché européen si cela s'avérait financièrement opportun pour atténuer la perte d'approvisionnement des trois pays. À plus long terme, certaines entreprises productrices de bois pourraient envisager d'investir dans de nouvelles capacités de production, bien que l'approvisionnement en grumes dans de nombreuses régions d'Europe se resserre. En outre, les principaux marchés étrangers (Chine, États-Unis, Japon et région MENA) sont diversifiés en termes de demande de produits, d'acceptation des prix, de volatilité des taux de change, de stabilité politique et de perspectives de consommation. Ces conditions de marché variées pourraient amener les exportateurs européens à limiter leur exposition à l'étranger à moins de marchés correspondant à leur gamme de produits et à leur tolérance au risque. »

Ce qui est ici visualisé est un « recentrement » sur l’Europe du secteur européen, ce qui induirait une réorganisation des équilibres de la concurrence en Europe. Lorsqu’un marché à l’export s’ouvre, les scieurs scandinaves et allemands s’y engouffrent et les scieurs français de résineux subissent moins leur pression concurrentielle. Lorsqu’ils se ferment, celle-ci augmente.

Elle pourrait augmenter encore plus si le marché intérieur européen diminuait. Or les sanctions exercées contre la Russie ont d’autres effets que d’avoir privé l’Europe de 10 % du bois qu’elle consomme… Un effet craint par certains économistes est l’asphyxie pure et simple par manque d’énergie des industries des pays européens. Or les industriels emploient des gens qui sont les consommateurs susceptibles d’acheter des logements et des biens contenant plus ou moins de bois…

De plus en plus d'entreprises industrielles doivent limiter ou abandonner leur production en Allemagne, révèle ainsi Peter Adrian, président de l'Association des chambres allemandes de l'industrie et du commerce (DIHK). Les prix de l'énergie en Allemagne ont « atteint un niveau qui menace l'existence de nombreuses entreprises », expliquait-il sur le site de la DIHK le 8 septembre 2022. Alors que le gaz naturel est devenu plus cher d'un bon tiers depuis que la Russie a cessé de l'approvisionner et que les factures d'électricité sont plus élevées que jamais, Peter Adrian a rappellé l'enquête de la DIHK au début de l'été, dans laquelle 16 % des entreprises industrielles ont déclaré qu'elles devaient limiter ou abandonner leur production – principalement en raison des prix du gaz. « Entre-temps, les prix de l'électricité sur le marché à terme ont également été multipliés par vingt », a-t-il souligné. De plus, selon Adrian : « De plus en plus d'entreprises nous signalent qu'elles n'ont plus de contrat de fourniture d'électricité ou de gaz. On leur ferme littéralement le robinet. Mais sans énergie, aucune économie ne peut fonctionner ».

Les industries et les entreprises à forte intensité énergétique sont particulièrement touchées, et 32 % des entreprises prévoyaient ou avaient déjà commencé à réduire leur production et même à arrêter des chaînes de production entières, selon l'enquête DIHK.

De fait, la filière bois n’échappe pas à cette tendance, au travers notamment de son secteur papetier.

Le fabricant suédois de papier de haute qualité Lessebo Paper a dû arrêter sa production dès le 31 août. Dans un communiqué du 31 août 2022, il explique : « Le prix au comptant de l'électricité dans le sud de la Suède a considérablement augmenté au cours des derniers mois. Aujourd'hui mercredi 31 août, le prix de l'électricité est à un niveau de 518,73 euros par MWh, ce qui entraîne un coût journalier de l'électricité de plus de 58 000 euros pour Lessebo Paper. En conséquence, le mercredi 31 août, la production de Lessebo Paper sera interrompue. À l'avenir, une décision de production sera prise quotidiennement en fonction du prix de l'électricité pour la journée à venir. »

L'industrie du papier est une grande consommatrice d'électricité et le coût de l'électricité pour Lessebo Paper est passé selon le groupe de 3 millions d'euros à 19 millions d'euros par an.

« Les augmentations du prix de l'électricité affecteront très probablement non seulement Lessebo Paper mais également plusieurs industries du sud de la Suède », est-il noté dans le communiqué du groupe.

Metsä Tissue, qui possède des usines en Finlande, Allemagne, Pologne, Slovaquie et Suède, est l'un des principaux fournisseurs de papier tissu en Europe pour les ménages et les professionnels et l'un des principaux fournisseurs de papier sulfurisé dans le monde.

Le 28 août 2022, le groupe indiquait : « Au cours des dernières semaines, Metsä Tissue a dû réduire sa production dans ses usines de Zilina et de Kreuzau pendant plusieurs jours en raison des pics élevés des prix de l'énergie. Avec l'inflation élevée des coûts énergétiques, de nouvelles réductions de production sont probables et pourraient également avoir une incidence sur la disponibilité des produits quotidiens de papier tissu sur les marchés, car des quantités importantes de pertes de production quotidiennes se produiront ».

« Pour atténuer la situation, nous avons exploré toutes les actions possibles d'amélioration de l'efficacité énergétique et des actions d'atténuation pour remplacer le gaz russe par des sources d'énergie alternatives sont en cours. Nous avons également été contraints de revoir notre offre et la crise va également accélérer le passage à une stratégie axée sur les fibres fraîches, qui permet une consommation d'énergie moindre dans la fabrication du papier, par rapport aux fibres recyclées », a déclaré Tobias Lüning, SVP Central Europe, Metsä Tissue.

Le groupe a indiqué dans son communiqué que la rentabilité des papiers tissus continuera d'être revue quotidiennement et que les coûts élevés de l'énergie continueront très probablement à entraîner des arrêts de production temporaires supplémentaires.

La députée allemande et docteure en sciences économiques Sarah Wagenknechta déclarait le 7 septembre dans une émission de télévision allemande : « La seule technologie de transition raisonnable pour les énergies renouvelables est le gaz bon marché. Si cela disparaît à long terme, et c'est ce qui semble être le cas, l'Allemagne connaîtra une incroyable désindustrialisation. De nombreuses entreprises feront faillite ». Elle a dit aussi « Nous ne mettrons pas fin à cette guerre un jour plus tôt si nous ruinons notre économie ». Mettre fin à la guerre n’est-il pas la priorité, ce qu’explique en peu de lignes l’ « Appel urgent à l’opinion publique mondiale : Arrêtez la guerre avant qu’il ne soit trop tard ! » du collectif Esprit Bandung et l’initiative Delphi pour la défense de la démocratie ?

Si le recentrement sur l'Europe est problématique, la volatilité des marchés étrangers est bien réelle. 

D'après le « Tropical Timber Market (TTM) Report » publié le 31 août 2022 par le « Market Information Service (MIS) » de l'« International Tropical Timber Organization (ITTO) », les importations chinoises de grumes au premier semestre 2022 ont totalisé 22,38 millions de mètres cubes d'une valeur de 4,567 milliards de dollars américains, en baisse de 29 % en volume et de 13 % en valeur, cependant, le prix moyen des grumes importées a été 204 USD (CIF) par mètre cube, en hausse de 22 % par rapport à la même période de 2021. Des importations totales de grumes, les importations de grumes de résineux ont chuté de 39 % à 15,16 millions de mètres cubes, ce qui représente 68 % du total national. Cependant, le prix moyen des grumes de résineux importées a augmenté de 17 % pour atteindre 166 dollars EU (CAF) le mètre cube au cours de la même période. La principale raison de la baisse des volumes d'importation de grumes, explique le rapport, est la baisse des importations en provenance des principaux fournisseurs ; La Nouvelle-Zélande, l'Allemagne, la Russie et les États-Unis ont chuté respectivement de 19 %, 51 %, 58 % et 31 % en raison du ralentissement économique en Chine, de la baisse des niveaux de récolte dans certains pays et de la flambée des taux de fret maritime.

Forêt

Deuxième Transformation

Première Transformation

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15