Recevoir la newsletter

Magazine

Technologies italiennes : des signes peu encourageants

Image

En attendant de pouvoir mieux évaluer les effets de l’urgence sanitaire, et grâce aux travaux de son bureau de recherche, Acimall, l’Association des constructeurs italiens de machines et accessoires à bois, livre dans son récent rapport un état des lieux de l’évolution des technologies du bois et du meuble en 2019. Douze mois qui malheureusement ont montré des signes peu encourageants sur la santé du secteur, une situation de souffrance qui ne fera qu’empirer avec la dynamique de ce premier semestre 2020. Fait à noter : la France est en 2019 la première destination concernant les exportations de technologies pour le bois italiennes.


«La période qui nous attend nécessitera des nerfs d’acier et une politique économique centrale très forte et proactive, sans laquelle le monde des machines du bois pour- rait lui aussi se retrouver à payer un prix très élevé. Aux effets du «Covid-19», comme le souligne notre bureau d’études, nous devons malheureusement ajouter un exercice 2019 dans lequel le secteur a connu une contraction importante, une tendance qui nécessitera donc un effort encore plus important pour revenir aux niveaux de la période 2016- 2018», déclare Dario Corbetta, directeur d’Acimall.

En 2019, les exportations de technologies italiennes ont baissé de huit points de pourcentage, montrant une stabilité substantielle sur ses principaux marchés. Quant au marché intérieur, la baisse a été de 13,5%, inversant la tendance d’un indice qui, au cours des cinq dernières années, a toujours été positif, également grâce aux incitations fiscales qui ont permis à de nombreuses entreprises italiennes de mettre à jour leur parc de machines sur la période 2016-2018. Une baisse encore plus importante a marqué les importations, (- 17%), tandis que la balance commerciale a maintenu une valeur très élevée (1,4 milliard d’euros). Le secteur confirme donc une fois encore sa très forte propension à exporter, contribuant pour une part importante à la balance commerciale de l’Italie. Parmi les principaux acheteurs, figure tout d’abord la France, qui clôture 2019 avec + 5% par rapport à l’année précédente, atteignant une valeur de 110 millions d’euros. Les exportations vers l’Allemagne sont en baisse (102 millions, - 9,3%), tandis qu’après une tendance extrêmement positive ces dernières années, les exportations vers la Pologne ont baissé de 20%), traduisant une phase de saturation de la demande.

En Europe toujours, on note la contraction des exportations vers l’Espagne (- 8,9%) et le Royaume-Uni (- 13%). En dehors de l’Europe, on constate notamment que les États-Unis, s’ils demeurent un marché essentiel, enregistrent toutefois une baisse de 5% par rapport à 2018, pour une valeur d’un peu moins de 200 millions d’euros. Quant à la Chine, autre destination majeure, elle enregistre une baisse de 17,4%, pour une valeur de 63 millions d’euros.


Le chiffre : -9,9 %


C’est la baisse enregistrée, en 2019, concernant la production des machines et outils à bois, et ce pour une valeur de 2.266 millions d’euros.

Photo : Évolution de la production (en bleu) et des exportations (en rouge) de technologies italiennes pour le bois, entre 2008 et 2019. (Crédit photo : Acimall)

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°15 …   

Deuxième Transformation

Négoce

Meuble

Menuiserie

Construction bois

Charpente

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15