Restauration de Notre-Dame : lancement d’un projet d’études

Le 29 septembre 2020

Restaurons Notre-Dame (rND) a lancé le jeudi 17 septembre à l’Enstib d’Épinal le projet d’étude universitaire de la restauration de la charpente, flèche et toiture de Notre-Dame de Paris en collaboration avec quatre grandes écoles : l’Ensa de Nancy, l’Enstib, l’ESB à Nantes et HTW Saar à Sarrebruck (Allemagne).

Au cours du premier semestre 2020, l’association Restaurons Notre-Dame (rND) s’est dotée d’une «Commission de coopération scientifique, technique et universitaire» chargée de concevoir une nouvelle charpente en bois pour la cathédrale Notre-Dame de Paris. Son objectif est de porter le projet d’études de la restauration de la charpente bois, de la flèche et de la toiture de la cathédrale en s’appuyant d’une part sur des acteurs universitaires nationaux et internationaux ainsi que sur un groupe d’étudiants, et d’autre part sur un comité d’experts composé de professionnels des charpentes, des toitures et du patrimoine. Ce programme universitaire a été présenté à l’Enstib (École nationale supérieure des technologies et des industries du bois) à Epinal le jeudi 17 septembre.

Le projet d’études, piloté par Franck Besançon, président de la commission technique, scientifique et universitaire de Restaurons Notre-Dame, et Gilles Duchanois (Ensa Nancy), s’organisera en collaboration avec plusieurs grandes écoles, universités et laboratoires de recherches : l’Ensa de Nancy, l’Enstib d’Épinal, l’ESB de Nantes, HTW Saar (École supérieure de Sarrebruck, Allemagne), MAP-CRAI (Centre de recherche en architecture et ingénierie) et Le LHAC (Laboratoire d’histoire de l’architecture contemporaine).

Un comité d’experts donnera de la crédibilité aux résultats des études. Ces experts suivront l’évolution des travaux et répondront aux sollicitations qui leur seront adressées. Ils apporteront dans leur domaine de compétences un regard libre et indépendant sur les études engagées. Des experts du numérique, de la 3D et du BiM (Building Information Modeling) complètent ce comité et interagiront transversalement sur l’ensemble des thèmes. Ce projet d’études se répartira en six thèmes distincts qui permettront d’élaborer les différents scénarios de restauration. Il s’agira également de travailler sur des modules paramétriques qui permettront de s’adapter à l’inconnu et aux aléas du diagnostic de l’état de la maçonnerie de Notre- Dame. Cela va concerner principalement : les points d’appui de la charpente et de la flèche, le choix d’une ou de plusieurs essences, de la forme et de la géométrie de la charpente, du poids total de la toiture, du choix du matériau de couverture…

L’idée est de «fouiller» parmi de multiples possibilités de restaurer en bois la charpente, la flèche ainsi que la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Les élèves, les membres du comité d’experts et des autres commissions de l’association Restaurons Notre-Dame sont affectés à un ou plusieurs thèmes : les assemblages bois de la charpente de Notre-Dame de Paris ; les effets gravitaires et climatiques sur la charpente de Notre-Dame ; la fabrication de la nouvelle charpente de Notre-Dame (intégrant notamment la qualité des bois) ; l’impact environnemental de la toiture de Notre-Dame de Paris ; l’exploration des possibles pour la charpente, la flèche et la couverture de Notre-Dame de Paris ; la restauration d’édifices patrimoniaux, et des études de cas comparées.

Les conclusions de ce projet d’études sont attendues pour le 1er trimestre de l’année 2021. Un point d’étape est prévu le vendredi 18 décembre prochain à l’Ensa de Nancy.

Le chiffre 30 : 

Une trentaine d’étudiants issus de divers établissements participeront au projet d’études, soit dans le cadre du Master 2 génie civil «architecture bois construction», soit dans le cadre de PFE (projets de fin d’études).

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°30…