Nantes / Le Carrefour du bois poursuit son ouverture à l’international

Le 3 mai 2018

Le prochain Carrefour international du bois se tiendra à Nantes les 30, 31 mai et 1er juin prochains. A un mois de l’ouverture, les organisateurs ont présenté à Paris les perspectives de cette édition 2018 à la presse. Des perspectives qui s’inscrivent dans une conjoncture favorable pour le bois, comme sont venus en témoigner plusieurs professionnels de la filière.

Le Carrefour international du bois s’affirme à chaque édition un peu plus comme le rendez-vous d’affaires des industriels du bois. “Nous attendons 560 exposants et 10.000 visiteurs”, a annoncé Géraldine Poirier, commissaire générale du CIB. Le salon, dont la formule est unique au monde par la taille volontairement restreinte des stands permettant à toutes les entreprises et structures, qu’elles soient petites ou grandes, d’y participer, s’est fait une réputation de convivialité et d’ambiance chaleureuse qui attire de nombreux étrangers. En 2016, 28% des visiteurs venaient de 80 pays et 37% des exposants étaient étrangers. En 2018, dix nouveaux pays sont attendus, portant à 25 le nombre de pays représentés au niveau des exposants. Et grande première cette année, le salon, jusque-là dédié au bois, fera une large place au problème de l’approvisionnement des industries du bois, et sera l’occasion du lancement d’un grand appel en faveur du renouvellement de la forêt.

Baromètre des marchés des produits bois

Le salon sera comme à chaque édition l’occasion de faire le point sur les marchés internationaux du sciage, avec une conférence sur ce thème le 30 mai par Thibaud Le Moign, de French Timber. Le marché des produits bois se porte bien en 2018, bénéficiant de la reprise économique et de celle de la construction, a expliqué en avant-première Thibaud Le Moign lors de la conférence de presse.
Les exportations de bois feuillus français sont en hausse, que ce soit celles de sciages de chêne qui ont augmenté de 10%, à 245.000 m3, ou de sciages de hêtre qui ont augmenté de +7%, à 150.000 m3. Les exportations de sciages de résineux sont par contre en légère baisse (-3%), la hausse du marché de la construction en France ayant absorbé la production interne. La demande mondiale en sciages devrait continuer à augmenter, tirée par une forte demande des pays asiatiques, et celle des Etats-Unis où la construction a repris (1.200.000 mises en chantier en 2017). L’Allemagne et les pays scandinaves se sont engouffrés dans la brèche, et ont augmenté leurs exportations de sciages vers les Etats-Unis, entraînant une demande de sciages en Europe qui s’est traduite par une hausse des prix.

La construction bois séduit de plus en plus

Le Carrefour du bois donnera une vaste place aux innovations dans les techniques et solutions de la construction bois, avec plus de 100 exposants sur ce thème, un programme de conférence dans un espace dédié, l’espace “Techniques & solutions bois”, une exposition sur les immeubles à vivre en bois d’Adivbois, et deux événements régionaux, la remise du Prix de la construction bois en Pays de la Loire, le 30 mai, et la signature de l’Alliance bois construction rénovation en Pays de la Loire, lors de l’inauguration. Une place en relation avec le succès grandissant de la construction bois auprès des maîtres d’ouvrages, constaté par Paul Jarquin, de REI Habitat, au salon Mipim (immobilier) de Cannes. Ce promoteur spécialisé dans la résilience urbaine utilise beaucoup de bois et de matériaux biosourcés et estime qu’il n’y a plus de frein pour construire en moyenne hauteur en bois (ce qui devrait ouvrir le marché des logements collectifs où le bois ne représente actuellement que 3% des chantiers). “La filière va se structurer par le haut” a-t-il expliqué.

Mais il faut prendre en compte les spécificités du marché français, qui se distingue des autres pays par le fait que les architectes y sont hostiles à la préfabrication, qui est l’un des atouts essentiels de la construction bois, a expliqué Steven Ware, architecte qui a gagné l’un des projets du concours Adivbois, l’opération Ibori (R+6) à Nantes. Heureusement le bois est porté par un atout de plus en plus valorisé, celui de proposer des logements plus agréables à vivre.

Pas de filière bois sans une ressource renouvelée

Pour la première fois au Carrefour international du bois les forestiers seront présents, avec plusieurs manifestations où l’on parlera de la ressource française en bois. Un petit-déjeuner où les forestiers viendront expliquer ce qu’est une forêt productive et les démarches en faveur des plantations ; une séance de travail avec les élus (en présence de Rémi Rebeyrotte et d’Anne-Catherine Loisiel) ; et une table ronde sur la mobilisation et l’usage du bois dans la filière en France, avec une visite en délégation du salon de plusieurs organisations en faveur des plantations (Refores’action, Merci le peuplier, Dynamic bois, Plantons pour l’avenir, Breizh forêt bois, Eco Tree et Green West, plus une dernière-née, NeoSylva). Le point d’orgue sera le lancement d’un “Grand appel à renouveler la forêt”, avec pour objectif 500.000 hectares de forêt renouvelés en 2025, un défi auquel s’associeront les industriels de la filière. Vitrine des innovations dans toutes les industries du bois, lieu d’échange et de commerce international, la quinzième édition du Carrefour international du bois sera donc aussi un rendez-vous essentiel de la filière.

Nathalie Jaupart-Chourrout