CIM Porraz, engagée dans la démarche Procime up

Le 10 septembre 2019
35 personnes, dont 20 entreprises, étaient présentes à la journée du jeudi 27 juin organisée par le label Procime up. 

Le label Procime up, initié en 2017 par Céribois* avec pour vocation d’offrir aux PME un moyen accessible d’attester la qualité de leurs menuiseries, organisait les 27 et 28 juin dernier deux journées ponctuées de visites et d’échanges, entre Savoie et Haute-Savoie. Le premier jour était consacré à la découverte de la menuiserie CIM Porraz, basée à Saint- Baldoph (73), spécialisée dans la fabrication de menuiseries bois, et se distinguant notamment du fait d’un outil de production aussi ingénieux qu’original. 

C’est en 1966, à seulement 18 ans, que Claude Porraz crée un atelier de fabrication et pose de menuiseries à La Ravoire, en Savoie. Son activité se développant, il décide par la suite d’acquérir 2 ha de terrain entre La Ravoire et Saint-Baldoph pour construire un nouvel atelier de 3.000 m2 à Saint- Baldoph en 1985. L’entreprise devient une société en 1987 avec 12 salariés. C’est alors un nouvel essor pour celle-ci, qui se focalise désormais uniquement sur la fabrication de menuiseries (portes, fenêtres…) avec une trentaine d’employés sur un site de production de 5.000 m2 couvert. C’est aujourd’hui Jean-François Porraz, le fils du fondateur, qui assure la direction de la société depuis 2018, après avoir dirigé la partie PVC depuis 2007 avec le challenge, à 22 ans, d’installer une unité de fabrication de menuiseries PVC, ce qui était plus profitable à l’entreprise que de faire du simple négoce avec des marges peu rentables.

Le bois en priorité

 «La menuiserie bois, cela étant, demeure la spécialité de l’entreprise, puisque sa part représente environ 80% de notre activité», explique Claude Porraz, qui ajoute : «Notre entreprise, résolument tournée vers la qualité et le service au profit des professionnels et des particuliers, est basée sur des valeurs fortes du travail bien fait».

CIM Porraz fabrique essentiellement ses menuiseries à partir de carrelets contrecollés dans des essences de pin et de mélèze et accessoirement de chêne. La société s’approvisionne directement auprès de pays producteurs et dispose d’un stock permanent de 300 m3.

CIM Porraz se distingue, et ce n’est certes pas sa moindre particularité, du fait qu’une bonne partie de son parc machines est constituée de modèles que Claude Porraz a su développer lui-même. Celui-ci, titulaire à la base d’un CAP de menuiserie, crée en 1996 une chaîne d’usinage qui produira jusqu’en 2013 des menuiseries en 46 et 56 mm. De 2010 à 2013, il met en place une nouvelle chaîne automatisée, à partir d’une tenonneuse double totalement modifiée, et réalise entièrement une profi- leuse alimentée par un retourneur automatique formant un ensemble compact et très fonctionnel permettant de produire des menuiseries 70 mm et 90 mm. L’ensemble de cette chaîne est asservi par une quarantaine d’axes numérisés. Sa réalisation a été menée en étroite collaboration avec une société chambérienne d’automatisme.

Du spécial à 95%

Cette chaîne aujourd’hui permet de réaliser 90% de la production, le complément étant assuré par un centre Masterwood acquis en 2015 pour tout le spécial (perçage, usinages complémentaires, cintres, trapèzes etc.). Dès la sortie d’usinage, les pièces passent au cadrage. Les calibrages extérieurs des menuiseries ayant été réalisés auparavant sur la chaîne d’usinage, celles-ci peuvent passer directement au ferrage ou à la finition lasure, suivant la demande du client.

Après la mise en bois, les vitrages sont posés sur cadreuses verticales. «Le passage au 70 mm, ainsi que le volume de la demande, ont fait que nous nous sommes équipés, depuis cinq ans, d’une siliconeuse, afin d’assurer la pose du joint d’étanchéité», précise Jean-François Porraz. L’entreprise conçoit et fabrique des menuiseries standard et sur-mesure (fenêtres, portes-fenêtres, châssis abattants, oscillo-battants, baies coulissantes, volets, portes d’entrée) : «Nous réalisons du spécial à 95%», souligne le dirigeant. La menuiserie, bien entendu, a intégré à son cycle de production l’étape désormais décisive de la finition, qu’elle réalise pour l’heure au pistolet. Mais là encore, l’ingéniosité de son créateur est appelée à contribuer à son expansion, puisque l’entreprise est en train de parachever la conception d’une chaîne de finition, pour obtenir le label Procime up.

Photo : 35 personnes, dont 20 entreprises, étaient présentes à la journée du jeudi 27 juin organisée par le label Procime up. 

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°29 …