Recevoir la newsletter

Magazine

Tensions persistantes sur les approvisionnements en bois de construction aux États-Unis, répercussions croissantes en France

{ element.images.0.titre }}

Un chercheur de l’université d’État de l’Oregon qui a produit en 2020 une étude pour la revue Forest Policy and Economics sur les prédictions relatives aux prix des grumes de douglas a indiqué que, entre 2005 et 2020, le prix moyen des grumes de scierie de cette essence dans le Sud de l’Oregon était de 631 $ US par MBF (unité de mesure américaine correspondant à 1.000 pieds-planche* de bois), mais que cette moyenne masquait une variation de 578 $ US. Or, le magazine Timberbiz rapportait le 16 avril 2021 que depuis la rédaction du document, les prix du bois ont augmenté davantage, atteignant 1.000 $ US par MBF.

L’indice des prix du bois et des produits du bois a presque doublé d’avril 2020 à février 2021 aux USA, a révélé pour sa part un rapport de la Federal Reserve Board, dont la publication a été commentée par le bureau de consultants Forest economics advisors (FEA), qui note qu’il s’agit de la plus forte hausse depuis 1946, lorsque le boom du logement après la Seconde Guerre mondiale a éclaté !

Et la hausse impressionnante se poursuit, ainsi que le rapportait le magazine Timberbiz le 19 avril 2021, s’appuyant sur des chiffres Forbes. Il constatait que les prix de toutes les catégories de bois battent des records alors que les prix à terme montent en flèche sans que les acheteurs ne puissent être satisfaits. «Les prix de clôture le vendredi 16 avril 2021 des contrats à terme de bois d’œuvre de longueur aléatoire de la Chicago Mercantile Exchange pour chaque mois de livraison en 2021 étaient tous supérieurs à 1.000 $ US par pied-planche*, le contrat de livraison au comptant ou le plus proche, pour mai 2021, s’établissant à un incroyable 1.294,70 $ US». Le magazine proposait cette mise en perspective : «le 16 avril 2020, ce même contrat à terme de mai 2021 se négociait à environ 345 $ US». «Peu de classes d’actifs peuvent réclamer une augmentation de prix de 375% en un an, et la hausse historique des prix du bois se répercutera sûrement dans l’industrie du bâtiment et dans l’économie en général avec des conséquences encore inconnues.»

Nul ne prévoit d’infléchissement de cette courbe ascendante. Les contrats à terme pour novembre 2021 ne diffèrent que de 22% de ceux de mai 2021, n’indiquant pas une tendance baissière proche, soulignait Timberbiz. Ceux qui ont besoin de bois continuent d’acheter à prix élevé face à une pénurie de bois d’œuvre, que la situation USA/Canada a amplifiée.

La demande de logements qui explose aux USA est la conséquence de plusieurs facteurs de fonds (avec celui des taux hypothécaires bas depuis 40 ans) selon un analyste de Forest2market : le télétravail permet à beaucoup d’échapper aux attaches des villes à haute densité et à coût élevé, le moment de l’accession à la propriété est venu pour les milléniaux, constituant une génération plus nombreuse que celle des baby-boomers aux USA.

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 23 mars 2021, la Fédération française du bâtiment (FFB) alertait sur les situations de pénurie pour les constructeurs en France et notamment la pénurie de bois. La FFB craint pour les entreprises «des chantiers systématiquement en pertes». «Les constructions bois, aujourd’hui, représentent entre 6 et 10% des chantiers, mais c’est avéré : ça va bloquer ! Dans quelques semaines, des chantiers pourraient être bloqués, et cela risque de durer plusieurs mois et d’entraîner des pénalités de retard.», a prédit Olivier Salleron, président de la FFB. De fait, les importations américaines en provenance d’Europe montent en flèche (le cabinet de consultants Euwid indiquait une accroissement de 60% sur les dix premiers mois de 2020), ce fait ayant réorganisé les flux de bois intra-européens.

La situation est peut-être propice à un recentrage sur le bois français, et pourquoi pas à un développement des usages des essences feuillues ? Dans un communiqué du 19 avril 2021**, le Gouvernement a annoncé «une mobilisation renforcée de la filière et de l’État en faveur de la souveraineté industrielle de la France, en cohérence avec le potentiel forestier national et par un soutien aux implantations industrielles et à la relocalisation d’unités de transformation de bois» (et en particulier un appel à manifestation d’intérêt ouvert jusqu’au 13 juillet 2021 pour «le développement de produits bois et de systèmes constructifs bois»).

* Un pied-planche de bois fait 1 pied carré et 1 pouce d’épaisseur.

** Intitulé : «Transition bas carbone : le Gouvernement place la filière bois au cœur de sa stratégie».

Illustration : À partir de mai 2020, l’inversion spectaculaire de tendance de la courbe des mises en chantiers de maisons unifamiliales aux États-Unis. (Source : Fédération des producteurs forestiers du Québec)

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format