Recevoir la newsletter

Magazine

Les scieries des USA continuent d’amplifier leur production

{ element.images.0.titre }}

Sans doute face à l’inquiétude du secteur de la construction, le Conseil américain du bois a jugé bon de produire un communiqué le 25 mai pour indiquer que «les fabricants de produits en bois augmentent leur capacité et maintiennent des niveaux de production élevés». Le Conseil américain du bois – American Wood Council (AWC) – porte la voix des fabricants de produits bois en Amérique du Nord, une industrie qui fournit aux États-Unis 450.000 emplois salariés, selon le site de l’association, qui dit représenter 86% de l’industrie des produits structuraux en bois.

Selon le communiqué de l’organisation, la capacité des scieries de bois résineux nord-américaines a augmenté de 1,4 milliard de pieds-planche au cours de la dernière année, la plupart de cette capacité accrue – 1,1 milliard de pieds-planche – provenant de l’industrie du Sud des États-Unis (un pied-planche de bois fait 1 pied carré et 1 pouce d’épaisseur).

Selon le Federal Reserve Board, le secteur de la fabrication de produits en bois produit même «au plus haut niveau depuis la Grande Récession» : «la production de produits du bois est la plus élevée depuis 2007».

De nombreuses entreprises de produits du bois ont annoncé des investissements importants pour accroître la capacité des usines existantes indique l’AWC, signalant toutefois que les délais pour obtenir le nouvel équipement restent longs. «Dans certains cas, les machines sont en rupture de stock jusqu’à 24 mois, ce qui prolonge les délais habituels nécessaires pour mener à bien ces types de projets. Les projets d’expansion de la fabrication sont une solution à long terme qui soutiendra une capacité accrue, mais pas avant 2022 au mieux.»

A côté des délais de livraison des nouveaux équipements, la limitation des ressources d’ingénierie et de construction est une entrave, et la production supplémentaire nécessite souvent des examens des permis environnementaux, qui eux aussi allongent les délais, remarquait l’AWC dans un communiqué le 3 mars 2021. «Les contraintes en matière d’approvisionnement et de transport se sont également poursuivies, problèmes auxquels sont confrontés les fabricants de toutes sortes, et il s’est avéré difficile de reconstituer les stocks proches de zéro pour répondre aux demandes renouvelées des détaillants et des grossistes. Certaines usines ont subi des réductions temporaires ou des quarts de travail réduits en raison d’épidémies localisées de Covid-19 et de mises en quarantaine. Tout cela a été encore exacerbé par les contraintes sur l’approvisionnement en grumes résultant d’événements météorologiques extrêmes récents, dont certains ont également entraîné des arrêts de production.»

Malgré les niveaux de production déjà élevés et les investissements des fabricants pour moderniser et augmenter les capacités de leurs usines, la demande sans précédent dépasse toujours l’offre actuelle. L’AWC a indiqué comment pallier les contraintes que subit l’approvisionnement en bois dans son communiqué du 25 mai, et c’est là un autre objectif de celui-ci. Il faut, selon l’AWC, «se concentrer sur le transport et les limitations de la main-d’œuvre». «Ces défis étaient présents avant la pandémie et ont exacerbé la situation actuelle.» Le Conseil souligne aussi que les produits du bois sont loin d’être les seuls produits qui connaissent une demande accrue, et que ses industries ne sont pas les seules à faire face à des pénuries de main d’œuvre et à des limitation dans le transport. Pour lui, «s’attaquer à ces contraintes sera la tentative la plus fructueuse de secours immédiat».

Dans son communiqué du 3 mars 2021, l’AWC revenait en ces termes sur l’évolution de la situation due à la pandémie : «Au début de la pandémie, les fabricants de produits du bois opéraient dans la même incertitude que le reste du pays. Beaucoup ont réduit leur production en prévision de pénuries de main-d’œuvre et de baisse de la demande. Parallèlement, de nombreux clients de gros et de détail de bois d’œuvre ont considérablement réduit leurs niveaux de stocks. Mais ensuite, le besoin de produits en bois a rapidement rebondi alors que les gens restaient chez eux et s’attaquaient à des projets de bricolage, les restaurants se sont précipités pour construire des abris extérieurs et de nombreux États ont déclaré que la construction de maisons était une industrie essentielle, ce qui permit à la construction de reprendre rapidement. Les ventes de maisons neuves sont en hausse de plus de 19% d’une année à l’autre, avec une demande de maisons unifamiliales qui a augmenté pendant la pandémie, les taux hypothécaires restant bas.»

«Les permis pour les projets unifamiliaux et multifamiliaux ont augmenté de 25,3% et 20,4%, respectivement. L’ Association nationale des constructeurs d’habitations a signalé que la pandémie avait également entraîné une demande accrue de projets de rénovation», précisait l’AWC le 25 mai.

 

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format