Recevoir la newsletter

Magazine

Le SFCB salue le lancement d’un plan d’action sur le chauffage au bois domestique

{ element.images.0.titre }}

Le 23 juillet, le Gouvernement a publié un plan d’action dédié au chauffage au bois domestique qui vise, entre autres, une réduction de 50% des émissions de particules fines d’ici 2030. Une initiative saluée par le Syndicat français des chaudiéristes biomasse (SFCB).

Dans le cadre de la loi Climat et Résilience, le parlement a voté un objectif de baisse de 50% des émissions de particules fines entre 2020 et 2030 dans les territoires les plus pollués, à savoir ceux couverts par un plan de protection de l’atmosphère. Dans cette perspective, le Gouvernement a officialisé le 23 juillet le lancement d’un plan d’action dédié au chauffage au bois domestique. « Si les bûches de bois ou les granulés de bois sont une source d’énergie renouvelable et neutre en carbone qu’il faut encourager, dans de mauvaises conditions, leur combustion peut également constituer une part significative de la pollution aux particules fines », expliquait pour l’occasion le ministère de la Transition écologique. « Ainsi, en 2018, le chauffage au bois domestique était responsable de 43% des émissions nationales en PM 2,5, ainsi que plus de la moitié des très fines émissions en PM 1,0. Or, les particules fines sont responsables de 40.000 décès par an en France selon Santé publique France, dont 17.000 pourraient être évitées en respectant les valeurs limites recommandées par l’Organisation mondiale de la santé ». Avec ce plan d’action, le Gouvernement souhaite entre autres accélérer le renouvellement des vieux poêles et des vielles cheminées au profit d’équipements performants, développer l’utilisation de combustibles de qualité et rappeler les bonnes pratiques d’utilisation des appareils. Pour Eric Vial, secrétaire général du Syndicat français des chaudiéristes biomasse (SFCB), « ce plan de réduction des émissions de particules fines, mis en consultation au printemps dernier, est une excellente avancée pour la filière du chauffage au bois. Il va dans le sens de nos actions et du message que nous défendons fermement depuis maintenant quelques années : un appareil performant, moderne, bien installé et bien utilisé n'émet qu'un très faible taux de particules fines au contraire d'un appareil ancien et mal entretenu. Tous les modes de chauffages au bois sont concernés ! Poêles, chaudières ou encore inserts : ce nouveau plan gouvernemental va permettre d'accélérer le renouvellement des appareils non performants. Le bois est la première source d'énergie renouvelable de France, nous devons agir pour soutenir son développement et encourager ainsi un chauffage durable et responsable ». Dans le cadre de ce plan d’action, le Gouvernement table sur le remplacement de 600.000 appareils d’ici 2025 et mise notamment sur des dispositifs d’accompagnement tels que les aides à la rénovation énergétique des logements (MaPrimeRenov) et les fonds air bois mis à disposition par les collectivités territoriales et l’Ademe pour accélérer le renouvellement des équipements actuellement en service.

Auteur

  • SD

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format