Recevoir la newsletter

Magazine

Le Comité des forêts se penche sur la valeur du fonds forestier

Après analyse de la base de données des notaires, le Comité des forêts estime que « les forêts sont en moyenne d’autant plus chères qu’elles sont grandes ».

Au cours de l’année 2021, le Comité des forêts a réalisé une étude dans laquelle il présente son analyse du fonds forestier. Les travaux menés par ce syndicat de propriétaires forestiers privés lui ont permis d’estimer la valeur moyenne à l’hectare de la forêt lorsqu’on lui enlève ses bois.

Le Comité des forêts vient de réaliser une étude dédiée à la valeur du fonds forestier. Ce syndicat de propriétaires forestiers privés français créé en 1912 explique que le fonds forestier, c’est « la valeur de ce qui reste dans la forêt quand on lui enlève ses bois. La forêt suscite aujourd’hui un intérêt croissant de la société en général, qui s’inquiète de son avenir. Les investisseurs, qui ont une vision plutôt optimiste, sont de plus en plus nombreux sur un marché qui reste toujours aussi étroit. D’après l’indicateur du marché des forêts de la Safer, le prix moyen des forêts en France a augmenté de près de 40 % ces vingt dernières années. Face à cette évolution du marché, les méthodes d’estimation forestière montrent certains côtés insatisfaisants et méritent aussi d’évoluer. Le marché du bois est resté quant à lui relativement stable ces dernières années, donc cette augmentation du prix moyen des forêts est due à d’autres facteurs. Ces facteurs, principalement liés au sol et à d’autres composantes immobilières, sont regroupés dans ce qu’on appelle le fonds forestier. [...] Les experts forestiers ont coutume de distinguer dans les composantes du fonds le potentiel de production du sol, la qualité de la desserte existante, mais aussi le capital cynégétique – la possibilité de louer sa chasse –, ainsi que la pression immobilière locale, et sans doute une certaine notion de valeur d’espace naturel, pour ne parler que des principaux aspects ».

Carte de la variation de la valeur du fonds. L’échelle indique un indice de la valeur du fonds. La base 100 est la moyenne nationale qui est de 1790 euros/hectare (forêts de plus de 10 ha de surface recensées par les notaires).
Crédit photo :

De 1 790 euros/hectare...

Pour réaliser ce travail, le Comité des forêts a choisi deux approches : une première à partir des données publiques disponibles (notaires et inventaire forestier de l’IGN), et une seconde basée sur les estimations de valeur faites par ses experts. « La base de données des notaires permet d’obtenir la valeur des transactions forestières, aussi appelée valeur vénale, que l’on peut représenter spatialement par région forestière notamment », indique le Comité des forêts. « Les données de l’inventaire forestier national ont été utilisées afin d’estimer la valeur bois « moyenne » par région forestière. La différence entre ces deux valeurs permet d’obtenir la valeur moyenne du fonds forestier, mais aussi de représenter sa variabilité au niveau national. »

Cette première approche a permis au comité des forêts d’estimer à 1 790 euros/hectare la valeur moyenne du fonds forestier au plan national. « La valeur des peuplements est une donnée moyenne reconstituée par région, ce qui explique l’apparition de points extrêmes qui correspondent à des transactions particulièrement élevées ou particulièrement faibles.

La carte permet de mettre en évidence les fortes disparités de prix moyen entre les différentes régions et représente bien les grandes tendances du marché des forêts.Une étude statistique sur la valeur du fonds ainsi obtenue a été faite pour expliquer avec différents paramètres cette variation régionale (densité de population, prix des terres agricoles...) ».

D’après l’étude du Comité des forêts, trois paramètres permettent d’expliquer près de 70 % de la variation : la valeur des terres agricoles, du taux de couverture forestière, la part de la forêt privée par département. « Le prix du foncier forestier est donc très sensible à la pression sur le foncier rural et à la rareté des transactions forestières. Nous avons également voulu étudier l’influence de facteurs propres à une forêt sur la valeur du fonds, de manière à expliquer non plus la variation régionale, mais la valeur du fonds elle-même. L’un des premiers critères identifiés comme importants est la surface totale de la forêt. L’analyse de la base de données des notaires montre sur ce point que les forêts sont en moyenne d’autant plus chères qu’elles sont grandes. Une première hypothèse serait que les grandes forêts sont plus rares, plus recherchées et donc plus chères, de plus une grande forêt permet d’avoir des revenus plus réguliers, ce qui peut aussi expliquer un prix plus élevé, deux facteurs qui justifient une augmentation de la valeur du fonds. Une autre hypothèse serait que les plus grandes forêts sont mieux gérées, dans une logique d’amélioration des peuplements qui seraient donc plus riches ».

Valeur vénale des forêts par classes de surface.
Crédit photo : Source : Données DVF de 2016 à 2020

... À 2 500 euros/hectare

Treize experts sont membres du Comité des forêts. Le Syndicat de propriétaires forestiers a bâti sa seconde approche de la valeur fonds forestier sur la base de leurs travaux. Ces données issues d’estimations l’ont amené à s’intéresser aux caractéristiques propres à chaque forêt. « Une étude statistique a permis de fixer la valeur nationale moyenne du fonds à 2 500 euros/ hectare d’après les données des experts du Comité des Forêts.

Cette étude a aussi permis de confirmer que trois paramètres sont particulièrement importants dans la construction de la valeur du fonds : la localisation géographique (contexte local), le potentiel productif du sol et l’accessibilité/ exploitabilité de la forêt. Les deux derniers paramètres étant regroupés en une « note technique ». Ces paramètres peuvent faire varier fortement la valeur du fonds autour de ses composantes contextuelles et techniques. L’investisseur forestier se professionnalise - investisseur institutionnel, famille d’investisseur, entreprise... -, il a besoin d’un indicateur de la valeur du fonds basé sur des éléments tangibles et quantifiables. [...] Avec l’indicateur du prix de vente des bois sur pied en forêt privée, les investisseurs auront deux indicateurs précieux pour suivre les tendances du marché de la forêt ».

Dans cette perspective, le Comité des forêts souhaite que ses travaux sur le fonds forestiers puissent s’inscrire dans la durée. À de stade, il prévoit donc de renouveler son étude tous les deux ans, voire chaque année, pour proposer un nouvel outil aux différents publics intéressés par l’évolution du prix du fonds des forêts.

Première Transformation

Exploitation forestière

Homepage

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15