Recevoir la newsletter

Magazine

La FNB signale un développement des parts de marché du bois de France

{ element.images.0.titre }}

Crédit photo

D’après l’observatoire de la Fédération nationale du bois, le niveau d’activité moyen des entreprises de la filière atteignait 102% mi-octobre. À l’exception de la fabrication/réparation de palettes, de l’exploitation forestière et de la transformation de feuillus dont les résultats oscillent entre 95 et 98%, toutes les activités affichaient à ce stade des niveaux de fonctionnement supérieurs à 100%. «En feuillus, après des semaines de sous-activité, une petite éclaircie semble apparaître», commentait le délégué général de la FNB Nicolas Douzain-Didier au moment de la diffusion des résultats. «Le secteur de la tonnellerie donne cependant des signes de fébrilité et de fragilité. En résineux l’activité reste soutenue grâce à une demande forte et le bois de France est en train de prendre des parts de marché importantes. C’est inédit et surtout cela devrait conduire tous ceux qui doutent de l’offre française et des capacités de l’industrie nationale du bois à croire en l’idée que l’investissement et la modernisation de notre outil industriel sont à même de produire des effets sur notre dépendance économique. Rien n’est acquis c’est pour cela qu’une RE 2020 ambitieuse dès 2021, avec un vrai critère stockage carbone, combinée à des appels à projets de modernisation est si importante.» Dans le détail des résultats récoltés mi-octobre par la FNB, 38% des entreprises affichaient un taux d’activité compris entre 90 et 100% de leur niveau habituel. S’il était effectivement supérieur à la normal pour 28% d’entre elles, 7% tout de même déclaraient travailler à moins de 70% de leur fonctionnement classique. Côté commandes, 27% des entreprises indiquaient mi-octobre avoir un carnet rempli à plus de 100% par rapport à la normale pour le mois en cours. A contrario, il affichait un niveau très faible dans 7% des entreprises interrogées (inférieur à 70%). À noter également qu’avant l’annonce par le Président de la République de nouvelles mesures sanitaires pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, 73% des entreprises affichaient un carnet de commande rempli à plus de 80% pour le mois de novembre. 78% des entreprises interrogées indiquaient par ailleurs avoir un chiffre d’affaires supérieur à 80% du niveau habituel, mais il ne dépassait pas le seuil des 70% pour encore 8% des répondants. Les conclusions de l’étude conduite par la FNB montrent que, d’une manière générale, les entreprises de la filière demeurent encore relativement fragiles puisque 53% déclaraient disposer de moins de trois mois de trésorerie au moment de l’enquête, voire de moins d’un mois pour 19% d’entre elles (26% disposeraient tout de même de plus de 6 mois de trésorerie). Mi-octobre, 89% des entreprises n’avaient pas, ou ne pensaient pas, déposer de nouveau dossier de chômage partiel et 8% des interrogés envisageaient une réduction d’effectifs, par non renouvellement de départs pour plus de la moitié des entreprises concernées.

Image
Image
Image

 

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format