Recevoir la newsletter

Magazine

Journée bois-énergie : la filière veut passer la surmultipliée

{ element.images.0.titre }}


La seconde édition de la Journée bois-énergie s’est déroulée le 18 mai. L’occasion pour les organisations professionnelles à l’origine de cette initiative de réaffirmer leur volonté d’accélérer le développement de cette filière pour permettre au bois-énergie de jouer pleinement son rôle dans le cadre de la politique de transition énergétique de la France.


La seconde édition de la Journée bois-énergie a eu lieu le 18 mai. En raison des mesures prises pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, ce rendez-vous organisé par le CIBE, Amorce, la Fedene, la FNCCR, Propellet France, le SER et le Syndicat français des chaudiéristes biomasse s’est déroulé en ligne.

«L’électricité n’est pas l’énergie la plus consommée. 50% des besoins en énergie, c’est la chaleur. Donc, est-ce raisonnable de consommer du bois pour l’énergie : oui», a indiqué le président de l’Ademe, Arnaud Leroy, au cours d’échanges qui visaient à sensibiliser décideurs politiques, institutionnels, parlementaires, ainsi que porteurs de projets aux enjeux du développement de l’utilisation du bois-énergie. «Alors que nous avons des objectifs très importants devant nous, nous constatons depuis 2014 une stagnation de la consommation et des installations mises en service, que ce soit dans le domaine collectif, dans l’industrie, ou pour les cogénérations»., soulignait quant à lui Mathieu Fleury, président du CIBE.

Face à cette situation, les organisateurs ont ainsi rappelé que les perspectives fixées pour le bois-énergie représentent 50% des objectifs de développement de la chaleur renouvelable, avec un doublement de la production de chaleur d’ici 2028 pour le bois-énergie collectif et industriel. Ils ont par ailleurs ajouté que pour le chauffage au bois domestique, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) fixe à 9,5 millions – contre un peu plus de 7,7 millions aujourd’hui – le nombre de ménages chauffés avec cette énergie renouvelable en 2023, et à plus de 10 millions en 2028. «Nous sommes tous prêts à atteindre ces objectifs», poursuivait Mathieu Fleury. «Le contexte national est propice à ce qu’on aille vite. Il faut vraiment passer la surmultipliée pour développer les énergies renouvelables. [...] Aujourd’hui, tout est là pour qu’on puisse multiplier par deux l’activité générée sur les territoires, en passant de 1,5 à 3 milliards d’euros pour le chauffage collectif et industriel, et peut-être 3 à 4,5 milliards, voire 5 milliards, pour le chauffage domestique. L’enjeu est aussi de multiplier par deux le nombre d’emplois sur le territoire.»

Le chiffre : 800 


D’après les chiffres communiqués sur les réseaux sociaux par le CIBE, plus de 800 inscrits ont participé à cette seconde édition de la Journée bois-énergie.

Voir notre édition verte, Le Bois International, Scierie, exploitation forestière N°19… 

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format