Recevoir la newsletter

Magazine

Le projet de ballon dirigeable Flying Whales poursuit son développement

FlyingWhales36257.jpg

Le programme aéronautique LCA60T offre une solution de dirigeable pour charges lourdes, dont le transport de bois.

Crédit photo Flying Whales

Après une troisième et dernière levée de fonds de 122 M€ obtenue fin juin, Flying Whales – baleines volantes, en français – va pouvoir finaliser le développement du programme aéronautique LCA60T, une solution de dirigeable pour charges lourdes dont le transport de bois. Avec cette levée de fonds, la société française accueille à son capital l’État français, via French Tech Souveraineté qui s’inscrit dans le cadre de France 2030 avec Bpifrance, ainsi que la Principauté de Monaco, via la Société nationale de financement. Cette levée de fonds a concerné également d’autres actionnaires historiques, parmi lesquels le gouvernement du Québec, déjà actionnaire à hauteur de 25 % via Investissement Québec. « C'est la troisième étape de notre plan de financement qui porte ainsi nos fonds propres à hauteur de 160 millions d'euros avec des actionnaires publics et privés », résume Sébastien Bougon, PDG de Flying Whales. De plus, ce projet est accompagné par plusieurs régions françaises au premier chef desquelles la région Nouvelle-Aquitaine, actionnaire de Flying Whales, qui accueillera le site de production français. Dans le cadre de son budget supplémentaire adopté lors de la séance plénière des 17 et 18 octobre dernier, cette région va par ailleurs consacrer 28,5 millions d'euros au bénéfice du projet Flying Whales. Dans le même élan, le 20 octobre dernier, les élus de la communauté Latitude Nord-Gironde ont signé un accord avec cette société et le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine pour le lancement d’une zone d’activité dédiée aux dirigeables de Flying Whales à Laruscade (33). Sur une surface totale de 250 hectares, l’activité de production s’installera dans un bâtiment de 250 mètres de long, pour 60 mètres de hauteur sous plafond avec un premier vol espéré en fin d’année 2024 et une exploitation qui pourrait débuter en 2026. À terme, plus de 200 salariés devraient rejoindre le site, qui devrait être exploité pendant au moins 30 ans. Mais ce projet, dont l’implantation est confrontée à des retards administratifs, pourrait bien se faire doubler par la société américaine Lighter Than Air (LTA) – plus léger que l’air, en français – qui compte construire un dirigeable électrique de 185 mètres de long dont les essais en vol vont bientôt être effectués…

Exploitation forestière

Première Transformation

Forêt

Gestion forestière

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15