Recevoir la newsletter

Magazine

Corse : la coopérative Silvacoop lance sa campagne 2022 de levée de liège

LevEemEcanisEliEgeSILVACOOP2.jpg

Cette année, la coopérative a investi dans trois machines pour développer la mécanisation de sa levée de liège.

Crédit photo UCFF

En Corse, la coopérative forestière Silvacoop travaille depuis plusieurs années à la remise en production de subéraies. Elle vient de lancer sa campagne 2022 de levée de liège. Une campagne marquée par la mécanisation d’une partie des chantiers.

La coopérative forestière Silvacoop a été créée en 2013. En Corse du Sud, elle a démarré il y a quelques semaines sa campagne de levée de liège dans les communes de Sotta (chantier à la hache) et de Sartène (chantier mécanisé). « Depuis la première campagne de levée de liège en 2016, Silvacoop a multiplié par 8 sa production de liège en seulement 6 ans », indique cette coopérative qui compte 125 adhérents et gère environ 4 000 hectares de forêts corses. « Pour cette campagne, la récolte de 70 tonnes de liège femelle (le liège de qualité) est prévue, contre près de 40 tonnes de liège mâle pour lequel la coopérative a trouvé des débouchés industriels, notamment via la production de granulés de liège pour l’isolation. La surface travaillée représenterait 56 hectares, sous réserve d’une main-d’œuvre qualifiée suffisante pour la bonne réalisation des chantiers ». Principale nouveauté de cette campagne 2022, la coopérative a investi dans l’achat de trois machines appelées Coveless afin de développer la mécanisation de sa levée de liège. « Cette innovation permet à un ouvrier non spécialisé d'être rapidement opérationnel. Cet outil se présente comme une tronçonneuse électrique avec une sonde qui contrôle la profondeur de coupe. Des pinces écarteuses sur la base de sécateurs électriques permettent de décoller le liège. »

EquipeSILVACOOP_SILVACOOP.jpg
Dans le cadre de son action de relance de la récolte du liège en Corse, Silvacoop a structuré son équipe autour de Julien Rogé, animateur de la filière liège (au centre) et Alexandre Pedinielli, technicien forestier (à droite). Ils sont ici entourés de François Muracciole, le directeur de la coopérative forestière.
Crédit photo : UCFF

Entre les campagnes de liège, les coupes et les travaux forestiers, Silvacoop indique avoir généré de l’activité pour une trentaine d’entreprises de travaux forestiers depuis 2016. Cette année, la coopérative forestière a mobilisé une équipe de leveurs de liège originaire de Sardaigne, ainsi que trois entrepreneurs corses qu’elle a formés. Cette campagne 2022 lui permettra ainsi de trier et commercialiser trois produits différents : du liège mâle à destination de la Sardaigne ; du liège femelle de qualité rebut, surépais à destination de l'Espagne pour la fabrication de bouchon reconstitué (liège broyé) ; et du liège femelle de qualité intermédiaire à destination de la Sardaigne. « La coopérative s’est intégrée sur le marché de la fabrication de panneaux isolants et de granulats adjuvés dans le processus d’isolation du sol », ajoute Silvacoop. « Le liège mâle de Corse trouve sa place dans les chaînes de fabrication et la prescription des maîtres d’œuvre. D’autres débouchés voient aujourd’hui le jour, avec la décoration et la petite maroquinerie. La coopérative a également alimenté de liège mâle un éleveur d’escargot installé en Corse » […] « Le bouchon reste, dans l’esprit collectif, un produit emblématique issu de la récolte de liège. Mais la particularité de la Corse fait de son bouchon de liège un produit spécifique puisque sa situation insulaire est une protection naturelle contre la propagation du champignon responsable du « goût de bouchon » à la différence d’autres régions subéricoles de l’arc méditerranéen. Des produits traditionnels haut de gamme, tels que des bouchons monoblocs destinés aux grands crus de vins exportés dans le monde entier, peuvent être fabriqués à partir des qualités supérieures de liège corse. Cette qualité premium ne représente que 10 % du stock actuel sur pied. »

TransportdeliEgeSILVACOOP.jpg
Au cours de cette campagne, la coopérative forestière a prévu de récolter 70 tonnes de liège femelle et près de 40 tonnes de liège mâle.
Crédit photo : UCFF

Le chêne-liège est présent sur environ 60 000 hectares en Corse, soit un peu plus de 10 % de la surface forestière de l’île, pour un total de liège sur pied estimé par Sylvacoop à hauteur de 100 000 tonnes. 98 % de cette ressource appartient à des propriétaires privés. « Plus de 70 % de la ressource sur pied mobilisable est de qualité « liège mâle » soit environ 70 000 tonnes, tandis que moins de 10 % sont de qualité de « liège bouchonnable » soit 9 000 tonnes », souligne la coopérative forestière. « L’accroissement naturel annuel représente un peu plus de 5 000 tonnes ce qui montre un important potentiel d’augmentation de levée de liège et confirme de surcroît que cette ressource est sous exploitée. En respectant un principe de gestion durable et en mobilisant l’ensemble des propriétés privées de l’île, le potentiel de récolte annuelle peut atteindre 5 000 tonnes. »

Liège mâle ou liège femelle ?

La première récolte est effectuée lorsque l’arbre est âgé d’une vingtaine d’années, c’est-à-dire lorsque le tronc de l’arbre a atteint une circonférence d’environ 70 cm. Cette première récolte, appelée le « démasclage » permet de recueillir le liège « mâle ». Cette qualité de liège ne bénéficie pas d’une forte valorisation. Le démasclage est toutefois une étape indispensable pour produire du liège de meilleure qualité. « À ce titre, Silvacoop a mis un accent important sur la levée de liège « mâle » en 2022 puis que la moitié de sa campagne est consacrée à cette opération », indique la coopérative forestière. « À travers ces opérations, c'est l'avenir de la récolte et de la qualité de la ressource de liège en Corse qui est concernée. Après le démasclage, un nouveau liège se constitue peu à peu. Il se régénère et devient moins dur et plus régulier. Il s’agit du liège de reproduction appelé liège femelle ». Le liège femelle est levé quand son épaisseur atteint un seuil de 3 cm. Il se reconstitue et se récolte tous les 9 à 12 ans selon les conditions stationnelles. « Plus le liège sera levé, plus l’arbre sera productif, plus le liège femelle sera de grande qualité. La récolte de liège mâle est donc nécessaire afin de produire un liège femelle qualitatif. Cet acte de gestion permet en outre de limiter l’appauvrissement et le vieillissement prématurés des subéraies corses. Mais pour encourager les propriétaires de subéraies insulaires, il est primordial de trouver des débouchés pour toutes les qualités de liège, notamment le liège mâle, peu demandé ».

Première Transformation

Exploitation forestière

Forêt

Homepage

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15