Recevoir la newsletter

Magazine

Protéger les plantations de douglas contre l'hylobe grâce au bouleau : lancement de Protehyl

{ element.images.0.titre }}

Hylobe: : insecte adulte (10 mm)

Crédit photo Bernard Boutte - DSF
Le projet Protehyl vise à concevoir une stratégie préventive de protection des plantations de douglas contre l'hylobe grâce aux propriétés du bouleau. Il est porté par l’ONF en partenariat étroit avec l’Inrae, FCBA, le Département de la santé des forêts, le Groupe coopération forestière, le CNPF et la Société forestière de la CDC. Lauréat de l’appel à projet de recherche Ecophyto II+, il vient d’être lancé, a annoncé le 15 juin le pôle de compétitivité Xylofutur qui l’a labellisé le 26 février 2021 !  

L’idée du projet Protehyl est d’utiliser les propriétés naturelles du bouleau pour prévenir les dégâts de l’insecte ravageur dans les jeunes plantations résineuses, et d’offrir ainsi une alternative aux insecticides. L'hylobe est un petit coléoptère dont les morsures réduisent la croissance des jeunes plants et peuvent entraîner la mort de peuplements entiers. Chaque année, ce sont environ 200.000 plants de douglas qui succombent suite aux dégâts d’hylobe, selon les protagonistes du projet Protehyl. Ils rappellent que la France est actuellement le premier pays producteur de douglas en Europe avec 2,9 millions de m³ de bois d’œuvre produits chaque année. En 2018, plus de 11 millions de plants de cette essence ont été commercialisés en France (soit environ 9.000 hectares plantés) dont environ de 2 millions ont été traités à l’aide d’insecticides chimiques.

Or, les produits phytopharmaceutiques sont progressivement bannis de la gestion forestière - l’ONF a décidé de les proscrire en forêts publiques en 2019. Les produits de lutte à base de néonicotinoïdes couramment utilisés contre l’hylobe se sont vu retirer leur autorisation de mise sur le marché en 2018, puis ce fut le tour du produit à base de cypermethrine. Des barrières physiques alternatives aux insecticides ont été mises au point par quelques entreprises pour prévenir les dégâts*, utilisées en parallèle de techniques culturales (plantation deux ans après la coupe lorsque les charançons se sont envolés, réduction de la qualité des souches). Pour s’affranchir des dégâts d’hylobes des résineux, privilégier la protection préventive est la voie en effet désormais empruntée, comme l’explique Bernard Boutte, expert national du Département de la santé des forêts**.

Le projet Protehyl suit cette voie, « alors que le mélange d’essences est acté par les pouvoirs publics comme un moyen de limiter la vulnérabilité des écosystèmes forestiers », souligne Xylofutur. Le projet est basé sur l'utilisation des propriétés naturelles du bouleau, une essence feuillue. Des chercheurs ont démontré que le bouleau, essence pionnière et d’accompagnement, émettait naturellement une molécule (le méthyle-salicylate) aux propriétés répulsives pour l’hylobe.

Différentes modalités de mise en œuvre de cette barrière chimique seront ainsi testées au cours de ce projet : des essais de plantations en mélange bien sûr (douglas-bouleau) mais également d’autres approches expérimentales basées sur l’apport de broyat de bouleau ou encore sur l’installation de diffuseurs de méthyle-salicylate directement dans les plantations de douglas. Le dispositif sera déployé en France au sein de cinq territoires : la sélection des sites est en cours et leur installation commencera cet été pour une durée de deux ans, période de sensibilité des plants au ravageur. Le projet impliquera pleinement les opérateurs de la filière, de la pépinière à l’exploitant, en témoignent notamment les partenaires associés à ce projet parmi lesquels le Syndicat national des pépiniéristes forestiers et l’Union nationale des entreprises du paysage. Des ateliers avec les praticiens seront organisés pour concevoir des solutions opérationnelles pertinentes et partagées. Objectif ultime de ce projet : "faire évoluer les pratiques et les systèmes de plantation de douglas en s’appuyant sur une solution fondée sur la nature répondant aux attentes de la société envers la filière forêt bois", indiquent les protagonistes.

Une page dédiée à ce projet est disponible sur le sur le site de l’ONF.

* Voir l’article « S’affranchir des dégâts d’hylobes des résineux et des biocides » dans La Forêt privée n°371 de janvier-février 2020.

**Voir l’article « Prévention et lutte contre l’hylobe dans les plantations de conifères : état des lieux et perspectives » dans La Forêt privée n°377 de janvier-février 2021.

Auteur

  • Fabienne Tisserand

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format