Recevoir la newsletter

Magazine

Renouvellement des forêts via France Relance : bilan de l’UCFF, un an après

L’Union de la coopérative forestière française (UCFF) a dressé un premier bilan de son action de renouvellement des forêts dans le cadre du plan France Relance.

Le ministère de l’Agriculture a lancé en décembre 2020 un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour le renouvellement adapté des forêts françaises au changement climatique dans la cadre du volet « forêt » du plan France Relance. Six mois plus tard, en juillet 2021, le Premier ministre annonçait la tenue d’Assises de la forêt et du bois, finalement lancées en octobre 2021. Elles se sont clôturées le 16 mars 2022 par l’annonce, notamment, de la « pérennisation de l’effort en faveur du renouvellement forestier » par l’État. Le lendemain, l’UCFF a annoncé avoir dressé un premier bilan du plan « renouvellement » depuis décembre 2021, pour montrer la forte implication des Coopératives, gestionnaires et reboiseurs des forêts privées.
L’UCFF rassemble 17 coopératives forestières réparties sur l’ensemble du territoire (qui regroupent 113.000 adhérents) et gère ainsi 2,1 millions d’hectares de forêts, soit une récolte de 7,2 millions de m³ de bois par an (dont 70 % via des contrats de contractualisation), un cinquième de de la production nationale. Dans ces conditions, elle indique reboiser 21.000 ha/an (plus de 25 millions d’arbres par an).
Dans la cadre du volet forestier de France Relance, les coopératives, indique l’UCFF, ont représenté 55 % des dossiers déposés dans l’AMI (réalisés pour 1.837 sylviculteurs), 47 % des superficies concernées de l’AMI soit 9.452 ha, et 44 % des demandes de financements, soit un montant de 38.176.541 €. Le montant moyen à l’hectare s’élève ainsi à 4039 €.
L’UCFF insiste sur la proportions de petites propriétés aidées : le plus petit dossier concerne une surface de 0,3 ha, la médiane des propriétés est de 2,98 ha. Le dossier moyen est lui de 4,62 ha.
Parmi les 1.956 dossiers déposés, les chantiers réalisés ou en cours de réalisation prennent en charge le renouvellement soit de peuplements sinistrés par des phénomènes abiotiques ou biotiques (par exemple : futaie d’épicéas atteinte par le scolyte, peupleraie de clones I214 ou de clones Beaupré atteintes par le puceron lanigère ou un champignon foliaire, mélange futaie-taillis de frênes atteints de chalarose), soit des peuplements vulnérables aux effets du changement climatique, soit des peuplements pauvres (par exemple : mélange futaie taillis et recrus forestiers de plus de 10 ans sur les zones touchées par la tempête de 1999, taillis de bouleau, taillis avec réserve de chêne pauvre). Les essences de reboisement sont par exemple : le douglas, le cèdre de l’Atlas, le sapin Nordmann, le mélèze d’Europe ou hybride, le pin noir d’Autriche, le pin Laricio de Calabre, le sapin pectiné, le chêne sessile, le chêne rouge, le châtaignier, le hêtre, des essences mellifères (tilleul, érable sycomore, sorbier des oiseleurs, cormier, alisier et pommier, des fruitiers), le peuplier (koster et taro).
Parmi les porteurs lauréats de l’AMI ( sur les 35 au total) sont : Alliance forêts bois, Coforet, CFBL, Cosylval, Forêts & Bois de l’Est, Ligneo (CFM, Cofa, Cofnor, Coforaisne) , Nord Seine Foret 2A, Sylva d’Oc (Cosylva, FPLG, Sylva bois), Unisylva. D’après l’UCFF, 24,5 emplois ont été générés ou conservés en 2021 et 49,5 emplois sont prévus pour la période 2022-2024.

Forêt

Gestion forestière

Sylviculture

Homepage

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15