Recevoir la newsletter

Magazine

Les conséquences d'une culture en taillis-sous-futaie des siècles après sa mise en route

Article réservé aux abonnés

En 2021, un taillis de chêne rouvre de 70 ans de belle allure. 

Crédit photo M. Bartoli

Pour montrer concrètement les souvent graves inconvénients de la culture en taillis, la forêt de Gabor située à Lavaur (Tarn) est quasi parfaite. Elle est petite (30 ha) et pourtant un étonnant et très précis reflet de l’his- toire du Midi toulousain, résidu d’un massif dix fois plus grand défriché au début du xvie siècle pour la culture du pastel.

Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant.

Vos identifiants de connexion sont incorrects

Déjà Abonnés ?

Saisissez vos identifiants

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Forêt

Gestion forestière

Homepage

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15