Recevoir la newsletter

Magazine

Forestiers circonspects face à un projet de pompage d’eau en forêt landaise

Les nappes souterraines en Gironde

Crédit photo Commission nationale du débat public

Un projet de construction d’un champ captant de 14 forages, d’environ 250 m de profondeur chacun, permettant de capter 10 millions de m³ d’eau par an en forêt girondine fait débat.

S’inscrivant dans la stratégie du Schéma d’aménagement et de la gestion des eaux (SAGE) de Gironde de 2003 (révisé en 2013), concernant deux communes, Temple et Saumos, le projet vise l’alimentation en eau de Bordeaux Métropole, 36% des volumes étant également destinées aux communes proches de la Métropole. Une canalisation d’adduction d’environ 20 km de longueur pour acheminer l’eau prélevé jusqu’au réseau d’eau potable métropolitain, une station de pompage, une station de traitement et un ensemble de canalisations reliant le service d’eau de la métropole aux autres services d’eau girondins sont prévus. Mais c’est l’impact sur la nappe superficielle dans laquelle la forêt du Medoc, principalement de pin maritime, trouve sa ressource en eau, qui pose questions aux forestiers. Dans son bulletin de décembre 2021-janvier 2022, le Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest indique que, faute de garanties sur les impacts de ce projet, dans la lignée de son opposition au champ captant et en étroite collaboration avec lui, une association s’est créée dans le Médoc, l’Association pour le maintien de l’activité forestière en Medoc (Amaf Medoc).
« L’Amaf souhaite objectiver les discussions sur le projet de pompage en eau, mais aussi plus généralement, faire reconnaître l’activité sylvicole du Medoc et la préserver face aux risques », note le Syndicat. Qui précise : « L'opposition des forestiers n’est pas une opposition de principe ». L’Amaf veut comprendre l’impact du champs captant sur la production forestière, sachant que les études successives par modélisation du Bureau de recherche géologique et minière font état de chiffres très différents d’abaissement de la nappe de surface : plus d’un mètre, puis entre 29 et 48 cm, puis entre 2 et 10 cm ! L’association veut être à même de mesurer les risques pour la forêt du Médoc.
Une procédure extra-légale organisée par Bordeaux Métropole en tant que maître d’ouvrage, s’est tenue sur 6 semaines, du mardi 26 octobre au mercredi 8 décembre 2021, afin que chacun puisse s’informer et donner son avis (la concertation préalable du public est inscrite dans la loi depuis 2016 ; elle vient renforcer la participation du public en amont de l’enquête publique). Représentants institutionnels, associations, particuliers, entrepreneurs... ont été invités à apporter leurs propositions et à échanger avec les experts. Les propositions formulées dans ce cadre sont visibles sur le site de la commission nationale du débat public.
« Au regard des caractéristiques connues du projet, il est déjà possible d’identifier un certain nombre d’enjeux environnementaux », indique le dossier de presse disponible sur ce site. « Une attention particulière sera portée aux zones humides qui constituent des écosystèmes remarquables. Les conduites et canalisations seront ainsi positionnées le long des routes et non pas au travers des forêts ou chemins forestiers. Concernant la faune très riche (rapaces, écureuils, amphibiens, reptiles, insectes...), un inventaire sera complété cet automne. Le positionnement du forage sera effectué de manière à éviter au maximum les zones d’habitats des espèces. En matière de flore, quatre espèces protégées ont été identifiées. Des mesures spécifiques notamment pendant les travaux seront prises ». Le même dossier précise que « le projet s’inscrit dans la forêt d’exploitation du Médoc qui représente un enjeu économique important pour la sylviculture et l’agriculture » et que « mandaté par la métropole, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) a réalisé une simulation de l’évolution de la production de pin maritime pour la période 2021 – 2099 et a conclu à une absence d’effet du projet sur la sylviculture ».

Forêt

Gestion forestière

Sylviculture

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15