Recevoir la newsletter

Magazine

Experts forestiers de France : 81% du volume vendu au 1er semestre

{ element.images.0.titre }}

Crédit photo

L’accélération de la mise en place d’un système informatisé a permis aux Experts forestiers de France (EFF) de poursuivre leurs ventes de bois au premier semestre malgré les mesures décidées par le Gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Une campagne marquée par la revalorisation des petits bois de chêne et une demande toujours forte pour le douglas.


Sur les 19 ventes programmées au premier semestre par les Experts forestiers de France, six ont ainsi pu être entièrement organisées à distance, et sept en salle avec support informatisé et possibilité de soumissions à distance. Sans surprise, les volumes mis sur le marché par les EFF sont en nette baisse par rapport à la campagne du premier semestre 2019. -25% pour les feuillus, seul le frêne et le peuplier restent au niveau de 2019. -29% pour les résineux avec une division presque par deux des volumes d’épicéa commun et de sapin pectiné. «Le nombre moyen de soumissions reçu par lot s’est révélé en hausse par rapport à 2019, et reste dans la moyenne des 6 à 7 dernières campagnes», commentent les EFF dans leur bilan des ventes du premier semestre. «De même, le volume de bois vendu en séance n’accuse qu’un repli «raisonnable» passant de 89% en 2019 à 81% en 2020. Ce repli est à relativiser avec le fait que pour de nombreux lots les offres étaient proches des prix de retrait fixés par les vendeurs et que les négociations d’après-vente ont permis de concrétiser très rapidement des accords».


Chêne : des petits bois demandés pour l’export

Pour le chêne, l’offre de bois n’atteignait pas 43.000 m3, contre plus de 70.000 m3 en 2019. «Les gros bois accusent en moyenne une baisse de 6%, restant tout de même au-dessus des cours de la première campagne 2017», indiquent les EFF. «Les petits bois se revalorisent de plus de 7%, tirés par des exploitants forestiers, exportateurs vers le marché asiatique et en particulier chinois.»

Pour le frêne, 90% du volume mis en marché étaient situés en Normandie et dans les Hauts-de-France. Le prix moyen des frênes de plus d’1 m3 s’est stabilisé autour de 95 euros. «Le marché à l’expor- tation vers le Vietnam reste toujours aussi actif», analysent les EFF. Le marché du peuplier était quant à lui jugé atone. Seuls 40% des volumes proposés ont trouvé preneurs, sur moins de 20.000 m3 proposés, mobilisation la plus basse des EFF depuis 2009. Le prix moyen de cette essence s’est établi à un peu plus de 40 euros du m3 (41,1), en baisse par rapport au second semestre 2019 (43,78 euros/m3).


Résineux : le douglas a la cote


Avec plus de cinq soumissions par lot, la demande était en revanche bien au rendez-vous pour le douglas, malgré le contexte de crise sanitaire. Les cours pour les bois de moins de 0,5 m3 et ceux compris entre 0,5 et 1 m3 étaient plutôt orientés à la baisse, avec des prix respectifs enregistrés en dessous de 30 et 50 euros du m3. Les prix des douglas d’1 à 1,5 m3 se sont stabilisés autour de 60 euros. Ceux des bois de plus d’1,5 m3 progressaient quant à eux assez nettement, avec un cours approchant les 70 euros du m3. «En ce qui concerne les prix obtenus, deux remarques principales : ceux sur les bois de moins de 1 m3, en baisse, ne sont pas significatifs, car portant sur des volumes faibles», expliquent les EFF. «Les acheteurs semblent enfin accorder une prime aux gros bois (> 1,5 m3). Sont-ce les prémices de l’adaptation de l’outil industriel pour optimiser et valoriser l’utilisation de cette catégorie de bois ?»


Avec environ 30.000 m3 mis sur le marché, dont 60% en provenance de régions hors scolytes, les chiffres constatés pour l’épicéa commun n’ont pas permis de refléter la réalité du marché au niveau national. Les EFF estiment que les volumes analysables ne sont significatifs que pour la catégorie 0,5 à 1 m3 : 28,76 euros/m3 en 2020 contre 32,42 euros/m3 en 2019. Pour le sapin pectiné, dont les volumes proposés se concentraient à 75% en Alsace/Lorraine, Auvergne, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes, le prix moyen était de 47,9 euros par m3 (> 1,5 m3). L’offre en épicéa de Sitka s’est quant à elle réduite très significativement lors de cette campagne de ventes des EFF au premier semestre 2020 (35.000 m3 contre 59.000 m3 en 2019). 66% du volume a néanmoins trouvé preneur en séance (5,72 offres par lot). «Pour la première fois depuis de nombreuses années, on note un décrochement des prix entre les catégories de volumes. Les bois de moins de 1 m3 accusent un repli de 20%, probablement dû à la concurrence des épicéas importés depuis les régions scolytées», analysent les EFF.


Pour le pin maritime, les prix enregistrés sont restés stables par rapport à la campagne des ventes du second semestre 2019, avec des gros bois (> 1 m3) oscillant autour de 40 euros/m3, et une dichotomie entre les deux principales régions de provenance de la ressource : 43 à 44 euros/m3 en Aquitaine et 37 à 38 euros/m3 dans les Pays-de-Loire.