Recevoir la newsletter

Magazine

Connaître et anticiper le comportement du hêtre en souffrance depuis trois étés

{ element.images.0.titre }}

Crédit photo

Le hêtre fait partie des principales essences de production de bois et les signes d’affaiblissement qu’il a montrés au cours des trois derniers étés secs sont l’objet de toutes les attentions. A son chevet sont en particulier les représentants des départements Santé des forêts de Bourgogne-Franche-Comté et de Suisse romande, qui se sont réunis le 15 septembre près de Montbéliard pour échanger des résultats de recherche avec les gestionnaires forestiers.


En Bourgogne-Franche-Comté, entre Belfort et Gray, plusieurs milliers d’hectares de hêtraie sont concernés par des rougissements estivaux et des pertes de masse foliaires, voire, par des suintements noirâtres corticaux (surtout à l’été 2019). «Nous n’attendions pas ce phénomène à cet endroit, en pleine aire du hêtre», souligne Mathieu Mirabel, responsable du pôle Bourgogne- Franche-Comté du Département de la santé des forêts (DSF). Ainsi, si ces symptômes concernent une grande part de la hêtraie française – qui occupe environ 1,4 millions d’hectares (le hêtre représente 10% du bois vivant sur pied de la forêt française, se situant en 3e position après le chêne rouvre et le chêne pédonculé qui en constituent chacun 11%) – ce territoire oriental fait l’objet d’observations et de programmes de recherche spécifiques, d’autant plus que le phénomène est identique en Ajoie, en Suisse voisine. Ce sont leurs méthodes et résultats qu’étaient venus partager les chercheurs et responsable en santé des forêts de France et de Suisse – entre eux et avec les gestionnaires – lors des Rencontres franco-suisses jurassiennes «Santé des forêts», le 15 septembre 2020 à Sainte-Marie (Doubs), organisées par le pôle DSF de Bourgogne-Franche-Comté.



Regard attiré par le pire

Valentin Queloz, du WSL, a été loin d’être alarmiste. Il a présenté le projet «1.000 hêtres» conduit dans le Jura suisse à partir de la sévère sécheresse de 2018 (température supérieure de 5 à 7 °C à la moyenne entre avril et septembre) pour en évaluer les conséquences. Les images satellites ayant permis de situer les zones les plus touchées, des arbres sélectionnés ont pu être décrits : coloration précoce des feuilles, chute précoce des feuilles, descente de couronne, mortalité de la couronne et... mortalité de l’arbre […]


Photo : Rougissements estivaux et pertes de masse foliaires, voire suintements noirâtres corticaux (surtout à l’été 2019), sont les symptômes initiaux d’affaiblissement des hêtres, que les spécialistes essaient de mieux comprendre. (©: DSF)

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format