Recevoir la newsletter

Magazine

Mathis confirme son engagement en faveur des circuits courts

Zoom36-crEditphotoMathis.jpg

Crédit photo Mathis

L’entreprise alsacienne Mathis, qui a développé une expertise en termes de traçabilité de la matière, a obtenu en juin dernier un agrément du label Bois de France lui permettant de labelliser la structure des bâtiments sur lesquels elle intervient. Avec déjà deux projets bénéficiant de cette caractérisation, et d’autres à venir, le spécialiste de la construction bois entend œuvrer en faveur de la notion de circuits courts, en offrant à l’amont de la filière bois française de nouvelles perspectives.

Cette labellisation permet à Mathis de garantir Bois de France (origine et lieu de transformation) l’ensemble de la structure des bâtiments qu’il construit et d’offrir à ses produits à usage structurel en bois lamellé-collé, CLT, Ossature Bois et bois massif abouté un bilan carbone optimisé, grâce à un circuit court de production.

Si l’enjeu pour l’entreprise est de faire de l’utilisation du bois français un avantage compétitif, cette démarche de traçabilité est aussi l’assurance d’inscrire ses achats bois dans un cadre éthique, créateur de valeur locale sur le plan économique, social et environnemental. Il s’agit ainsi pour Mathis de massifier son approvisionnement local et de participer à la mise en valeur et au renouvellement des massifs forestiers de France.

Assurer la traçabilité

C’est le système qualité de Mathis, validé par l’institut technologique FCBA via les marques Acerbois pour le bois lamellé-collé et CTB pour les autres produits (ossature bois, CLT et CLT nervurés), qui a permis d’assurer la traçabilité des bois et de prouver que les éléments structurels livrés sont bien constitués de bois français. Tous ses matériaux bois sont par ailleurs certifiés PEFC.

« L’idée est que cette possibilité de labelliser Bois de France les structures de nos bâtiments contribuent à ouvrir le marché, en offrant de nouveaux débouchés au bois local », explique Pascal Toussaint, directeur technique de Mathis, qui ajoute : « Notre ambition, par-delà, est de faire labelliser Bois de France l’ensemble de notre production. Si la situation géographique de notre usine alsacienne, proche de massifs forestiers, confirme que la ressource de proximité est tout à fait envisageable, ce changement de modèle suppose d’adapter notre outil de production, car le bois français n’a pas les mêmes spécificités que le bois étranger, mais aussi d’accompagner nos fournisseurs dans cette démarche vertueuse. C’est un challenge ambitieux qui s’inscrit pleinement dans la volonté d’excellence environnementale de Mathis ».

30 % de bois français

La part du bois français dans la production et les achats de Mathis a déjà presque doublé lors de la dernière année : « Elle est actuellement d’environ 30 % », précise Pascal Toussaint. Deux chantiers réalisés par Mathis ont d’ores et déjà une structure certifiée Bois de France : Le siège de l’Office national des forêts (ONF) à Maisons-Alfort (94) et la gare du Kremlin-Bicêtre (94). Les structures d’autres chantiers en cours de réalisation seront également certifiées Bois de France, à savoir : le centre aquatique à la Courneuve (93), la piscine découvrable Georges-Vallerey à Paris (15e) et le pavillon des champagnes Ruinart à Reims (51).

Le Chiffre : 138

On compte à l’heure actuelle 138 entreprises engagées dans la démarche Bois de France.

Construction bois

Edition rouge

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15