Recevoir la newsletter

Magazine

Chopin, des prestations sur-mesure en toiture

{ element.images.0.titre }}


Implantée dans la commune du Perréon (69), l’entreprise Chopin est spécialisée dans les travaux de toiture, et plus particulièrement dans l’activité de charpente traditionnelle, que ce soit en neuf ou en rénovation. Privilégiant un approvisionnement de proximité et une écoute des besoins spécifiques de ses clients, elle s’adresse à la fois aux professionnels et aux particuliers, n’hésitant pas à miser sur le concept d’innovation afin de favoriser son développement.


Fondée en 1982 par Jean-Paul Chopin, père de l’actuel dirigeant, l’entreprise œuvrant dans les domaines de la charpente et plus globalement de la construction est installée au sein de ses actuels locaux depuis 1992, bénéficiant d’un atelier d’une superficie de 400 m2, au sein duquel sont réalisés la taille et la découpe de la charpente, l’assemblage et le montage étant effectués sur le chantier à l’aide d’un camion grue : «Nos outils nous permettent de créer des ouvrages avec la plus grande précision», souligne Julien Chopin, actuel dirigeant de l’entreprise.


Celui-ci, titulaire d’un BTS charpente couverture, après avoir intégré la société familiale en 2000, la reprend au moment du départ en retraite de son père en 2009, et crée la SAS Chopin Jean-Paul. «Depuis 30 ans, l’entreprise est spécialisée dans la réalisation de charpente traditionnelle, industrielle, lamellé-collé, et dans la couverture et la zinguerie. Ouverts aux nouvelles techniques et matériaux, nous avons fait évoluer nos compétences avec la construction à ossature bois», explique Julien Chopin. S’étant un temps consacrée à la fois à la menuiserie et à la charpente, l’entreprise Chopin est désormais spécialisée dans cette seconde activité. Elle emploie aujourd’hui une dizaine de salariés, contre trois au début des années 2000, réalisant un chiffre d’affaires de l’ordre de 1 million d’euros.

«Nous effectuons notamment de nombreux agrandissements en ossature bois. Nous ne proposons pas de maisons, mais l’ossature bois correspond à environ 15% de notre activité, y compris en matière de commandes publiques, en tout cas en temps normal, car ce débouché s’est actuellement un peu rétréci du fait de la crise sanitaire», précise Julien Chopin […] 

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°15… 

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format