Recevoir la newsletter

Magazine

Bientôt du bois dans l’espace ?

{ element.images.0.titre }}

La société japonaise Sumitomo Forestry a fait sensation en annonçant qu’elle développait avec l’université de Kyoto des satellites en bois, ce qu’a relayé la BBC. L’entreprise japonaise appartenant au groupe Sumitomo (un des plus importants et anciens conglomérats japonais) est spécialisée dans l’exploitation forestière et la transformation du bois, de même que dans la construction de maisons en bois. Elle gère 40.500 hectares de forêt au Japon.

L’université de Kyoto et Sumitomo Forestry visent la mise au point d’éléments de satellites pour 2023, selon BBC News. Ils ne dévoilent cependant pas le procédé à l’étude pour l’obtention d’un bois modifié capable de supporter les conditions spatiales (à commencer par les écarts de température mais aussi la lumière du soleil, les bombardements radiocatifs).

Éliminer et réduire les déchets spatiaux : tel est le but du projet de mise au point de ces boîtiers de satellites en bois, plutôt qu’en métal. Environ 6.000 satellites tournent autour de la Terre, dont 60% sont morts (débris spatiaux), indique la BBC, citant les chiffres du Forum économique mondial. Or une estimation d’Euroconsult prévoit que près de mille seront lancés chaque année cette décennie ! L’espace devient ainsi une poubelle de grenailles qui peuvent endommager les matériels spatiaux en fonctionnement et la Terre devient elle le réceptacle des retombées toxiques des appareils qui sont redirigés dans l’atmosphère pour qu’ils y brûlent. Naturellement un feu de bois atmosphérique serait moins toxique et les chocs provoqués par des déchets de bois flottant dans l’espace moins violents.

À ce stade, le programme qui pourrait déboucher sur un nouvel âge du bois en est à la phase de conception, y compris au niveau du choix des essences…

Sumitomo Forestry est également connu pour ses ambitieux projets de construction. Pour célébrer le 350e anniversaire de l’entreprise, le groupe envisage de construire un gratte-ciel de 350 mètres à Tokyo d’ici 2041, exploitant principalement les nouvelles technologies des matériaux en bois, rapporte le groupe finlandais UPM qui lui fournit du lamellé-collé. «UPM est l’un de nos principaux fournisseurs de lamellé-collé pour le Japon. Nous avons également lancé un projet commun pour la commercialisation des produits UPM dans les pays asiatiques», indique Yoichi Hosoya, directeur adjoint de la division Bois et matériaux de construction et directeur général du département Marketing international de Sumitomo Forestry. Baptisé W350, le projet de gratte-ciel de 350 mètres à Tokyo s’inscrit dans la vision plus large de Sumitomo, qui imagine «le développement d’une ville future en harmonie avec les forêts et la nature en augmentant l’utilisation du bois d’œuvre dans les espaces urbains». Sumitomo Forestry prévoit d’utiliser 90% de matériaux en bois dans le cadre du projet W350. L’acier représentera les 10% restants. Pour créer une atmosphère accueillante, la structure intérieure du bâtiment de 70 étages sera entièrement composée de bois. Le bâtiment devrait stocker jusqu’à 140.000 tonnes de CO2. À l’issue de tests, l’entreprise est convaincue que le projet W350 résistera aux tremblements de terre. Toutefois, les caractéristiques de sécurité en matière d’incendies du bâtiment nécessitent encore des améliorations.


Crédit photo : Sumitomo forestry

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format