Ventes ONF : du chêne très demandé et des achats sélectifs pour les résineux

Le 12 octobre 2017

Après une vingtaine de ventes de bois organisée depuis la rentrée, l’ONF vient de dévoiler ses premiers éléments d’analyse sur les transactions réalisées. Si le chêne continue d’être très demandé, le bilan est plus contrasté pour les bois résineux.

Les ventes d’automne 2017 de l’ONF ont débuté le 5 septembre à Nonant-le-Pin, dans l’Orne. Six semaines après leur lancement, l’ONF vient de dévoiler les premiers éléments d’analyse de cette campagne du second semestre 2017. Du côté des feuillus, les cours du chêne restent orientés à la hausse avec une forte concurrence constatée sur l’ensemble des lots proposés. «Les plus hautes qualités du bois demeurent très recherchées», précise l’ONF. «Comme le montrent les résultats records de la vente de Cerilly du 3 octobre, qui ont généré un chiffre d’affaires de 10,3 millions d’euros. Le plus beau lot a été adjugé au prix exceptionnel de 903 euros/m³». Pour le hêtre, l’ONF explique que la demande de bois d’œuvre reste stable, avec des prix en légère hausse.

Le chiffre : 22 / À ce stade, L’ONF a organisé 22 ventes de bois automnales et mis sur le marché près de 1.357.000 m3 de bois (544.000 m3 issus de forêts domaniales et 813.000 m3 issus de forêts communales), qui ont généré un chiffre d’affaires de 49 millions d’euros (23,7 millions d’euros en forêts domaniales et 25,3 millions d’euros en forêts communales).

Sur le marché des résineux, les demandes pour le sapin et l’épicéa se révèlent très contrastées en fonction des territoires. «Dans les Vosges, on observe une hausse moyenne des prix de 5% sur un an qui confirme la bonne activité des scieries observée au printemps», analyse l’ONF. «Plus au sud, dans le Doubs, le nombre de clients reste très élevé, avec des cours en hausse de 5 à 10%. Des résultats moins satisfaisants en revanche dans le Jura, où les achats se révèlent sélectifs (épicéas, bois moyens), ou encore dans la Loire où la majorité des lots présentant une difficulté demeurent invendus.»

Enfin, sur le marché spécifique du bois bûche et du bois-énergie, l’analyse conduite par l’ONF sur sa campagne de ventes d’automne 2017 révèle un faible niveau de demande pour cette catégorie de produits. «En raison de stocks bord de route toujours très importants, la demande reste faible et le taux d’invendus élevé», précise l’ONF. «Les prix sont en léger retrait par rapport à l’automne 2016». La campagne d’automne 2017 de l’ONF se poursuit avec une prochaine vente de chênes et hêtres sur pied le 17 octobre à Naives-Rosières, dans la Meuse. Elle s’achèvera le 19 décembre à Bischoffsheim, dans le Bas-Rhin.