Vente de sapins de Noël : le décret d’autorisation est paru

Le 19 novembre 2020

Le ministre de l’Agriculture était venu l’annoncer en personne aux producteurs lors de sa visite le 17 novembre de l’entreprise Bonoron, dans la Nièvre. Les sapins de Noël, dont environ 25% poussent dans le Morvan, pourraient être commercialisés à partir du 20 novembre. L’autorisation vient de paraître au Journal Officiel de la République Française (1). Ce texte complète l’article 56 du décret relatif aux mesures générales prises pour faire face à l’épidémie de covid-19 par un alinéa ainsi rédigé : «Les interdictions mentionnées au présent décret ne font pas obstacle à la vente d’arbres de Noël à compter du 20 novembre 2020 sous réserve, pour les établissements qui ne peuvent accueillir de public, qu’elle soit réalisée dans le cadre de leurs activités de livraison, de retrait de commandes ou en extérieur».
Début novembre, les producteurs français avaient lancé un appel au Gouvernement pour obtenir une dérogation qui autorise la vente de sapins de Noël dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire actuel et des mesures prises pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. «Cette mobilisation se concrétise aujourd’hui par la publication du décret permettant à l’ensemble des professionnels de pouvoir faire commerce des sapins pour les fêtes de fin d’année», se félicitent dans un communiqué commun l’Association française du sapin de noël naturel (AFSNN) et l’interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage Val’Hor. «La grande solidarité dont ont fait preuve producteurs et élus locaux permettra à chacun de trouver son sapin de Noël naturel dans les canaux de distribution habituels.»
Pour Frédéric Naudet, président de l’AFSNN, «cette décision pleine de bon sens est particulièrement importante pour tous les producteurs français tout comme elle l’est pour les distributeurs qui nous accordent leur confiance. La vente de sapins sera ainsi assurée, certes dans des conditions différentes cette année, mais compatibles avec le contexte sanitaire. Le sapin naturel est reconnu d’intérêt général ce qui constitue un fait marquant pour l’avenir de notre filière. Nous sommes rassurés, heureux et en même temps fiers de permettre aux foyers d’acquérir un sapin pour les fêtes de fin d’année. Les sapins de Noël cultivés en France sont le fruit de nos terroirs et représentent un atout économique important pour les régions rurales où ils sont produits». Président de Val’Hor, Mikaël Mercier salue également la publication de ce décret qu’il qualifie de «très bonne nouvelle». «Nous voulions que les sapins puissent être vendus dans tous les canaux de distribution, c’est chose faite», souligne ce pépiniériste à la tête de l’interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage. «Les français tiennent énormément à leur sapin de Noël, il est un symbole de tradition, de fête, de joie. Et en ce moment, ça fait du bien. Je souhaite que le sapin soit le flambeau d’une fête de Noël réussie, pour tous les commerçants, et pour notre filière la marque d’une reconnaissance du caractère essentiel de nos produits.» L’an dernier, près de deux foyers sur dix ont acheté un sapin de Noël naturel, soit 5,8 millions d’arbres vendus pour un volume d’affaires de 158,9 millions d’euros (2).

(1) Décret n° 2020-1409 du 18 novembre 2020 modifiant le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire – NOR : SSAZ2031653D

(2) Source : étude de marché Kantar pour FranceAgrimer et Val’hor.

Crédit photo : pépinières Naudet