Usages énergétiques de la biomasse : les Néerlandais prudents

Le 16 septembre 2020

«La disponibilité mondiale de matières premières biologiques durables est limitée. Les Pays-Bas ne devraient pas en imposer une charge disproportionnée. Le Conseil aide le gouvernement à faire les choix nécessaires. Il appartient maintenant au gouvernement de déterminer la stratégie d’application aux Pays-Bas, d’établir les cadres et de prendre les devants.» Un rapport publié en juillet 2020 du Socio-Economic Council (SER) intitulé «Biomasse en équilibre. Un cadre de durabilité pour l’utilisation de matières premières biosourcées» a porté auprès du gouvernement hollandais le débat sur la renouvelabilité de la biomasse, débat qui commence à prendre de l’ampleur, tandis que la biomasse correspond à 60% de la consommation d’énergies renouvelables en Europe et que la loi européenne la désigne encore comme source d’énergie neutre en carbone pouvant contribuer à résoudre le problème climatique. Le rapport passe en revue les usages de la biomasse (bois, plantes, algues, produits animaux). Si la production d’électricité à partir de biomasse est montrée du doigt, le rapport préconise des usages de haute qualité tels qu’en chimie et pour les matériaux. Il présente aussi la biomasse comme solution de transition dans des usages énergétiques comme les biocarburants (nécessaires selon les auteurs pour le transport lourd, l’aviation et la navigation), pour lesquels il préconise une politique gouvernementale claire, à long terme et cohérente à laquelle le monde des affaires et la science répondent.
Le rapport indique aussi que l’utilisation de matières premières biosourcées pour le chauffage des bâtiments doit être progressivement supprimée, au profit de la géothermie, l’énergie aquathermique, les pompes à chaleur. «Si les subventions sont progressivement supprimées, plus rapidement que prévu par les entreprises, le gouvernement devrait indemniser les employeurs», remarque le SER.
Les usages en chimie et les biocarburants – industries globalisées – tirent leur épingle du jeu… tandis que le bois de chauffage – tissu industriel local – pas du tout !
Il convient aussi de noter que le rapport encourage les usages en circularité industrielle.