Universités d’été de FBR : relancer la consommation de bois

Le 22 septembre 2016

Les 13es universités d’été de France bois régions se sont déroulées à Tulle, les 1er et 2 septembre, en présence des représentants de chaque région. L’occasion de faire le point sur les travaux en cours.

Le programme était dense pour les participants à ces universités d’été qui, cette année, étaient organisées en collaboration avec BoisLim, l’interprofession limousine dans ses locaux de Tulle (Corrèze). L’assemblée plénière de FBR s’est réunie le 2 septembre pour évoquer les actions en cours et à venir. Les débats ont mis en évidence la nécessité de communiquer auprès du grand public sur les atouts du bois pour enrayer la baisse de consommation. «Depuis cinq ans, celle-ci a baissé de 20%, passant de 10 à 8 millions», a rappelé avec force Philippe Siat, président de la FNB. «Cette baisse concerne essentiellement les résineux. Les entreprises rencontrent toujours des difficultés, mais elles doivent regagner des parts de marché grâce à un produit qui a une image de marque exceptionnelle auprès du grand public.»

AMI immeubles R+9

Les différentes actions présentées ont donc pour objectif de séduire de nouveaux consommateurs et de convaincre collectivités et maîtres d’ouvrage que le bois a toute sa place dans la construction ou la rénovation. Ainsi le 7 juin, Adivbois lançait un Appel à manifestation d’intérêt pour identifier des sites qui recevront des «immeubles à vivre bois». Les candidats seront retenus fin septembre. «En décembre, suivra un concours Puca pour retenir les projets bas carbone de constructions bois de 9 niveaux minimum», expliquait Marcel Chouraqui, directeur d’Adivbois. «Toulouse, Grenoble, Saint-Etienne, Nancy, Dijon, Orléans, Angers se sont positionnées, l’objectif étant de parvenir à 15 niveaux en 2020.»
Les actions phares de FBR ont mis en lumière le dynamisme des régions. L’opération «La Forêt bouge» vise à toucher les petits propriétaires, comme l’indiquait Jean-Marie Leclercq. «En 2017, il y aura quatre régions tests : Auvergne-Rhône-Alpes, Normandie, Pays de Loire et Bourgogne-Franche-Comté afin de mettre en place un outil de mobilisation en circuit court.» Le réseau France bois bûche-bois énergie est aussi mobilisé. «Il regroupe 15 marques régionales, 2.000 professionnels pour 400.000 m3 vendus», signalait Olivier Boulay. «Le bois bûche est le premier volume qui sort de la forêt, les petites entreprises ont besoin d’un accompagnement fort. Une charte qualité est lancée en Alsace, le but est de mettre en avant des professionnels déclarés qui s’engagent sur le tri des essences, le dimensionnement et le taux d’humidité.» En prescription, l’opération «Grands projets» a été abordée avec une cellule pour apporter une offre aux maîtres d’ouvrage sur toute la France. «Les vingt-six prescripteurs ont suivi 300 projets au premier semestre et organisé 300 événements» indiquait Olivier Ferron. Le dossier «Grand Paris» avance afin de créer une mission prescription en Île-de-France qui identifiera des projets importants pour «créer le déclic» car de nombreux appels à projets sont demandés en bois.

Cap sur 2017

Un réseau de prescripteurs emploi formation est en réflexion. «Il s’agit d’ajuster l’offre de formation en fonction des besoins suite aux études qui seront réalisées avec les conseils régionaux pour améliorer les embauches, l’apprentissage étant une solution d’insertion» annonçait Fabienne Delabouglise, déléguée de Nord Picardie Bois. Le nouveau projet «Alliance bois construction rénovation environnement» entend replacer le bois dans toutes les politiques bas carbone grâce à un argumentaire de quatre pages vantant les atouts du matériau afin que les collectivités s’engagent à étudier et prescrire en bois.
L’an prochain seront lancés les Trophées de l’innovation en direction des petites entreprises pour les accompagner dans leur démarche, une opération déjà menée par Aprovolbois dans le Grand-Est, Futurobois et Arbocentre, appelée ensuite à s’étendre. En 2017 sera organisée une journée nationale harmonisée de la construction bois tandis que l’appui au financement des entreprises devrait se concrétiser. Dix d’entre elles ont bénéficié d’apports à la création de fonds de garantie bancaire (Cambium). Une synthèse sera réalisée à partir de ce qui existe dans chaque région. Enfin, un colloque international scientifique sur les constructions grande hauteur est prévu en Nouvelle-Aquitaine dans un an.

Interpro Nouvelle-Aquitaine

Au cours de la table ronde sur la filière de cette région, le rapprochement amorcé entre BoisLim, Futurobois et les trois interpros départementales a été évoqué. «L’ancienne Aquitaine n’avais pas réussi à créer une véritable interpro», a souligné Christian Ribes, président de BoisLim. «Notre volonté est de mettre sur les fonts baptismaux une interpro FBR Nouvelle-Aquitaine sans exclure aucun acteur, ce qui serait une première en France.» Alban Petiteaux, président de Futurobois, a montré sa détermination. «Nous avons bon espoir d’y arriver rapidement, une volonté collective d’avancer existe en matière de communication et d’animation pour pérenniser l’ensemble de la filière.» Vice-présidente de la région en charge de la filière forêt bois, Béatrice Gendreau affichait son enthousiasme : «Il est important que les interpros impulsent cette dynamique, au 1er janvier 2017. Nous serons prêts à travailler ensemble avec, comme priorités, conserver les emplois, moderniser les entreprises et développer la chimie verte. Nous attendons donc les propositions des professionnels». En Nouvelle-Aquitaine, la filière est le second employeur avec plus de 60.000 emplois. Alain Rousset, président de la région, a réaffirmé son soutien à la filière : «Il faut développer la recherche, trouver de nouveaux usages, penser au bois pour des commandes publiques d’écoles ou de lycées par exemple. On ramènera le bois dans la construction quand les entreprises industrialiseront et innoveront» a-t-il conclu.

Travailler ensemble

Quant à Cyril le Picard, président de France bois forêt, Luc Charmasson, président de France bois industries entreprises et Christian Piquet, président de FBR, ils souhaitent travailler de concert. Désormais, les représentants de FBR seront invités aux conseils d’administration de FBF. «Nos actions ne suffisent pas à augmenter la consommation de bois, nous allons donc lancer une communication sur trois ans chiffrée à 10 millions d’euros pour relancer durablement l’utilisation du bois», a annoncé Cyril Le Picard, «car le consommateur doit être interpellé sur l’usage du bois français». Luc Charmasson a proposé de réaliser un inventaire des réalisations bois et d’adresser un livret blanc aux candidats à la présidentielle. Enfin Christian Piquet, qui s’est exprimé devant Alain Rousset, a tiré la sonnette d’alarme quant à la baisse prévisible du budget des interpros qui pourrait passer de 12 millions d’euros à 10 millions d’euros : «C’est regrettable pour une filière qui pèse 440.000 emplois avec un chiffre d’affaires de 60 milliards. L’avenir de la filière nous préoccupe mais des vents porteurs arrivent avec des permis et mises en chantiers à la hausse. Si nous communiquons et si nous avons l’offre, nous pourrons répondre à la demande». Une perspective partagée par les professionnels. Conseillère en charge de la filière auprès de Stéphane le Foll, Elodie Lematte a rappelé l’action du gouvernement et des quatre ministères concernés par la filière au travers du CSF et du PNFB. «L’ambition du ministre est de redonner aux acteurs de terrain leur place». Les 14es universités d’été de FBR auront lieu en Normandie.

De notre correspondante
Corinne Mérigaud