Une école rénovée en forme de bâtiment «pont»

Le 24 septembre 2019
La structure du bâtiment «pont» repose sur trois appuis principaux en bouquets de poteaux métalliques remplis de béton, pour la stabilité au feu.

L’interprofession Fibois Rhône organisait, le 10 juillet, une visite de l’école Berthelot située à Villeurbanne (69), en périphérie de Lyon. Une occasion de découvrir un projet de rénovation originale d’école maternelle et primaire impliquant la filière bois locale, et de démontrer que le bois peut désormais se targuer de performances techniques le positionnant comme un matériau de plus en plus compétitif, notamment sur le segment des bâtiments publics.

Le projet de requalification du groupe scolaire Berthelot comprend la réhabilitation de l’école existante et son extension. Après cinq années de travaux, il est prévu que le chantier prenne fin à la Toussaint. Celui-ci présente un double intérêt, à la fois sur un plan patrimonial et plus largement en termes de performances architecturales, dans une zone urbaine où la population augmente. «Les contours du projet ont été défini en 2010», rappelle l’adjoint au maire de la commune présent ce jour-là. «La proposition, audacieuse, prend en compte des préoccupations relatives à des problématiques d’isolation thermique par l’extérieur, et à la qualité du bâti. Le choix du bois, notamment en intérieur, revêt par ailleurs des vertus pédagogiques.»

«A la croisée des enjeux identifiés, des exigences programmatiques et des données environnementales, nous avons élaboré un bâtiment-pont, perpendiculaire à la voie (à savoir une liaison nord/sud de la ville, NDLR), liaisonnant les deux écoles (maternelle et primaire) et abritant les locaux partagés», explique le cabinet d’architectes et d’urbanistes Technê, maître d’oeuvre du projet qui ajoute : «La présence du bâtiment-pont, véritable trait d’union entre les deux écoles et la ville où il s’affiche, incarne l’image souhaitée pour le nouveau groupe scolaire : un avenir inscrit dans une histoire, à l’écriture contemporaine écoresponsable et prêt pour la révolution numérique».

Performances techniques

La structure verticale du bâtiment «pont» repose sur trois appuis principaux en bouquets de poteaux métalliques situés en retrait de la rue adjacente à l’école, et à mi-longueur de l’appui arrière sur un voile en béton armé. Les poteaux métalliques sont remplis de béton pour la stabilité au feu. Des poutres-treillis, composées de BLC contrecollé en membrures haute et basse et en diagonales, sont régulièrement disposées sur une trame de 3,96 m, dans la hauteur du 1er étage. L’ensemble constitue les deux porteurs principaux sur un entraxe de 10,1 m et franchissant deux portées libres de 19,8 m et un porte-à-faux de 7,92 m sur l’entrée de la rue.

Les planchers collaborant bois-béton du niveau R + 1 sont constitués de poutres en BLC 160 x 400 tous les 0,66 m pour franchir les portées de 10,10 m sur le bâtiment «pont». Une dalle béton collaborante d’épaisseur 100 mm est coulée en place sur le panneau de fond de coffrage de type OSB d’épaisseur 18 mm. Des chevrons en BLC 80 x 520 à hauteur variable sont disposés tous les 0,66 m pour franchir les portées de 10,10 m sur le bâtiment «pont». Ils sont recouverts d’un panneau support d’étanchéité en CTB-H d’épaisseur 22 mm ou CTB-X d’épaisseur 18 mm. Les chevrons sont taillés à bi-pente à 3% vers les façades et assemblés en oeuvre au moyen de boîtiers métalliques galvanisés. Des diagonales en BLC refendus sont disposées à plat en sous-face des chevrons pour réaliser le diaphragme de contreventement. L’ensemble est recouvert (hors-lot) d’un isolant rigide continu sur le support et d’une étanchéité en membrane. L’ensemble est complété par un plafond absorbant acoustique en sous-face sur les zones le nécessitant. Les murs à ossature bois périphériques assurent la fonction porteuse, de contreventement, d’étanchéité à la pluie et à l’air, d’isolation thermique, phonique et de coupe-feu 30 minutes.

Une forte conception en amont

Qui dit performance technique dit une forte conception en amont. Le projet tend à privilégier la notion de circuits courts avec, au niveau de la structure, un type poteau-poutre et charpente en épicéa, assortis d’un plancher mixte bois-béton, des lames de bois massif en douglas pour le revêtement extérieur, et enfin, de l’épicéa finition peinture au niveau des menuiseries extérieures. «La technologie du bâtiment pont permet une limitation forte de la durée des travaux dans la zone de cour, car les éléments sont préfabriqués», précise Arboresence, bureau d’études spécialisé dans l’ingénierie des structure bois, en charge du projet. En, partenariat avec Arboresence, c’est l’entreprise Favart construction bois, dont les ateliers sont situés en Savoie, qui s’est chargée de la taille des pièces de bois : «Nous avons commencé, à partir des plans fournis par Arboresence, par redessiner les pièces en vue de la phase de taille, assez rapide, puis avons réalisé les plans de pose», explique Pascal Favrat, dirigeant de l’entreprise.

Celle-ci, spécialiste en charpente et en ossature bois, est aussi spécialisée dans les bâtiments publics de haute technicité. Crée en 1935 et employant aujourd’hui 75 personnes (sachant qu’elle possède une agence dans l’Ain), l’entreprise fut la première en France à acquérir un centre de taille, dans les années 90, et est à présent équipée d’un centre de taille K2i de marque Hundegger, ainsi que d’une chaîne de montage ossature bois de chez Weimann. «Nous avons effectué environ 85% de la taille, les éléments lamellés d’une taille trop importante ayant été taillés chez Eurolamellé» précise le responsable de l’entreprise de construction bois, en l’occurrence engagée dans la démarche de certification Bois des Alpes.

Chiffres :

Le projet en bref

Bois consommé :

250 m3(hors menuiserie)

Surface de plancher : 3.590 m2

Coût total : 7.311.172 euros HT

Coût du lot bois : 1.824.237 euros HT

Performance énergétique : consommation d’énergie de 69,7 kWh/m2.an, dont chauffage 38 kWh/m2.an.

Photo : La structure du bâtiment «pont» repose sur trois appuis principaux en bouquets de poteaux métalliques remplis de béton, pour la stabilité au feu.

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°31 …