Travaux forestiers : parmi les plus dangereux au monde, selon la FAO

Le 19 mai 2020

Le nouveau rapport de la FAO «Sécurité et santé au travail dans l’exploitation forestière et la sylviculture : un recueil pour les praticiens et les instructeurs» affirme que malgré des statistiques incomplètes, la foresterie est l’une des professions civiles les plus dangereuses au monde. Et incidemment qu’elle doit améliorer son bilan sécurité !
Ce rapport a été publié à l’occasion de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, le 28 avril dernier. Selon le document, les données officielles sur les accidents font état d’un nombre élevé de blessés et de décès chaque année dans le secteur de la foresterie professionnelle, principalement dans les pays développés. Il est ajouté que cela ne donne pas une image complète des accidents dans le secteur forestier informel, qui emploierait quelque 45 à 50 millions de personnes dans le monde. La situation dans les pays en voie de développement est ainsi particulièrement visée par le guide.
L’emploi dans le secteur forestier est généralement caractérisé par des conditions de travail difficiles, qui comprennent l’abattage de grands arbres, parfois fragilisés, à l’aide d’outils dangereux et le port de lourdes charges physiques, souvent par temps extrême. Les vibrations des outils portatifs et les tâches répétitives peuvent entraîner des blessures musculo-squelettiques, tandis que le bruit des tronçonneuses et des débroussailleuses peut entraîner une perte d’audition et réduire la sensibilisation des travailleurs aux menaces des machines, des arbres et même de la faune, note le document de la FAO. Les forestiers travaillent également souvent sur des terrains difficiles, où les sols et les billes peuvent devenir glissants lorsqu’ils sont mouillés, et généralement dans des endroits éloignés. Ils sont également vulnérables aux risques biologiques tels que les infections et les maladies transmises par les insectes et les piqûres d’animaux. Autant de conditions bien connues des entrepreneurs de travaux forestiers !
Néanmoins, le document de la FAO constate que beaucoup peut être fait pour améliorer la culture de la sécurité et ainsi minimiser les risques pour la sécurité et la santé des travailleurs. Le rapport présente une série de mesures pour réduire les accidents forestiers, qui comprennent l’identification des dangers, la réalisation d’inspections de sécurité, la garantie de procédures de travail sûres et la fourniture d’une éducation et d’une formation aux premiers secours. Il souligne également la nécessité d’enquêter sur les incidents, afin que les causes d’un accident puissent être traitées, et de signaler les enregistrements et les statistiques pour aider à identifier et résoudre les problèmes récurrents.
Destiné aux organisations de producteurs, aux syndicats, aux instituts de formation professionnelle, aux instructeurs et aux organismes publics concernés, le document présente également des orientations pratiques pour traiter les questions de sécurité y compris les risques biologiques et ceux liés aux produits chimiques, au stress thermique…
«La foresterie est parfois appelée un travail «3 D» – dirty, difficult and dangerous ou sale, difficile et dangereux», a déclaré Jonas Cedergren, forestier de la FAO, co-auteur du document. «L’industrie doit améliorer son dossier de sécurité et sa réputation, à la fois pour améliorer l’emploi décent et pour attirer les générations futures dans le secteur.»