Édition Verte n°32

3.60  TTC

Acheter l'édition papier S'abonner

Description

48 pages – Parution du 28 septembre 2019

Face aux scolytes

Le contexte de renouvellement de peuplement ne se limite plus à planter du bois pour la construction. Les conséquences du changement climatique, de même que l’augmentation des risques sanitaires, l’ont largement complexifié. Tandis que les dommages avaient en 2018 été recensés essentiellement en région Grand-Est, l’infestation de scolytes s’est depuis étendue à une majeure partie des forêts d’épicéa en région Bourgogne-Franche-Comté, Hauts-de-France, et jusqu’en Normandie. Un volume total de quelque 2 millions de m3 de bois impactés est déjà à craindre concernant l’année en cours, soit environ 20% de la récolte en forêt publique. Des prévisions malgré tout optimistes, sachant que les chiffres définitifs risquent d’être pires encore et que ceux de la forêt privée ne sont pas encore connus. En dehors de l’épicéa et du hêtre, des régions comme le Centre-Val de Loire et l’Île-de-France déplorent des dommages significatifs portant sur leurs stocks de pin, tandis que dans les Vosges, le Jura, le Massif central, les Alpes ou encore les Pyrénées, les dégâts causés par les scolytes concernent aussi le sapin avec, pour le seul massif des Vosges, un volume de sapin endommagé s’élevant à 311.000 m3, ce qui représente environ 60% du volume récolté dans cette zone.

Face à cette situation, les questions relatives au modèle de production futur sont de plus en plus prégnantes et les pays européens concernés se mobilisent. En Allemagne, la filière a estimé à 2,3 milliards d’euros l’aide financière dont elle a besoin pour faire face aux dégâts et restaurer la forêt (1). En France, l’ONF a mis en place une cellule nationale «sécheresse et dépérissement» pour coordonner un plan d’action destiné à évaluer l’étendue des dégâts et apporter un soutien aux bois des forêts publiques, en lien avec les territoires et les administrations concernées. À la demande de la filière forêt-bois, le ministère de l’Agriculture travaille également avec les professionnels pour accompagner la valorisation des stocks de bois supplémentaires issus de la crise des scolytes. Ce dispositif, dont les modalités seront précisées dans les prochaines semaines, ambitionne d’aider au transport de 300.000 m3 de bois.

(1) Montant avancé par le président du conseil forestier allemand (DFWR) et le président de l’association des forestiers privés (AGDW).

Sommaire

| S’informer

  • Le zoom de la rédaction

Exposition / Eurobois veut poursuivre son ouverture à la première transformation  p. 4

  • Lignes express  p. 5
  • Agenda p.5

Les calendriers de la formation et des manifestations en octobre

  • L’actualité en régions p.7

Hauts-de-France / 2e appel à projets FormaWood

Auvergne-Rhône-Alpes /Vinci va ériger un R + 11 en ossature bois

Loire : une charte Natura 2000 pour la forêt communale de Véranne

Provence-Alpes-Côte d’Azur – Corse /Un livre dédié aux réalisations du Prix régional de la construction bois 2019

| Comprendre

  • Synthèse

Chimie du bois /À la recherche, à l’échelle moléculaire, d’un nouvel or des forêts : Extraforest p. 9

| S’équiper

  • Le Rendez-Vous de la Méca N°105

Transport des bois longs p. 13

Essais /

Un grumier achemine les bois résineux des forêts de montagne jusqu’en scierie p. 14

Diverses options sur un grumier équipé d’un arrière-train pneumatique p. 17

Deux ensembles complémentaires pour le transport de grumes résineuses p. 20

Focus /Diebolt opte pour la polyvalence de ses concepts de transport de grumes p. 23

Inventaire /D’autres marques d’équipements pour le transport de bois longs p. 25

  • Matériels et techniques

Exploitation forestière /

Une largeur inférieure à trois mètres pour un skidder robuste et imposant p. 27

| Gérer

  • Le marché du bois

Aux ventes ONF / Le chêne atterrit à Beaune p. 29

Le Journal des annonces du bois p. 31

Renseignements commerciaux p. 36