Édition Verte n°23

3.60  TTC

Acheter l'édition papier S'abonner

Description

40 pages – parution le 22 juin 2019

Édito

L’ONF attendu au coin du bois ?

Des rumeurs ont circulé ces dernières semaines sur un possible démantèlement de l’ONF. On voit mal comment les 4,2 millions d’hectares (1) de forêts publiques pourraient demain se passer des services de l’Office. L’établissement public connaît il est vrai une crise majeure mise en lumière par des tensions avec les communes forestières, des contestations internes et surtout un endettement de 400 millions d’euros. Il ne pourra faire l’économie d’une restructuration de ses missions et sources de financement, mais disparaître, sûrement pas. Les contours de son avenir se profilent peut-être dans un rapport d’information que vient de publier le groupe d’études «Forêts et filière bois» du Sénat. «Une refonte s’impose, non pas pour démanteler l’ONF qui a démontré son utilité, mais pour l’adapter aux exigences sociétales nouvelles» souligne Anne-Catherine Loisier, la présidente du groupe. Le sénat constate que la valeur des forêts réside aujourd’hui autant, voire davantage, dans les aménités qu’elles procurent que dans le bois qu’elles produisent. «Un hectare de forêt rapporte environ 100 euros par an en ventes de bois mais 970 euros à la collectivité en «externalités positives» : cueillette, chasse, stockage du carbone, pureté de l’eau, protection des habitats, biodiversité…» Forts de ce constat, les sénateurs préconisent une juste rémunération par l’État des missions d’intérêt général, de préservation de la biodiversité et de gestion des risques qui sont confiées à l’ONF. Le rapport n’élude pas la question qui fâche les syndicats et les ardents défenseurs du service public : distinguer les activités régaliennes, liées au régime forestier, et les activités concurrentielles qui pourraient demain être confiées à des gestionnaires privés. Ouvrir des portes entre forêt publique et forêt privée, quoi de plus naturel quand un promeneur passe librement et sans le savoir de l’une à l’autre ? Décloisonner la gestion forestière en rapprochant public et privé, «raisonner par massif et par projets afin d’être plus efficaces en matière de production, d’investissement, de commercialisation et plus résilients face aux aléas climatiques», il semble difficile de ne pas adhérer à un tel projet.

LBI

 (1) En métropole. 11 millions d’hectares avec les forêts d’outre-mer.

Sommaire

| S’informer

  • Le zoom de la rédaction

Importation – négoce / LCB poursuit le développement de ses outils de prescription bois p. 4

  • Lignes express p. 5
  • Agenda p. 6
  • L’actualité en régions p. 7

Grand-Est / After’bois, 1re édition

Centre – Île-de-France / Quatre lauréats aux Trophées de l’innovation 2019

Auvergne-Rhône-Alpes / Loire : simulation d’intervention des pompiers sur un chantier forestier en zone blanche

Bourgogne-Franche-Comté / Bordet relance son activité de transfert de technologie

  • Exposition

Hanovre / Ligna 2019 : vers la machine à bois virtuelle p. 9

  • Gros plan

1re transformation / L’avenir des scieries landaises en questions à Mimizan p. 13

| Comprendre

  • Synthèse

Forêt / Lancement de Fibois Grand-Est : focus sur l’acceptabilité sociale de la récolte p. 15

| S’équiper

  • Les nouveautés

Une sélection de produits récents p. 18

| Gérer

  • Le marché du bois

Aux ventes ONF / Le chêne de Saône-et-Loire en repli de 14% à Châtenoy p. 22

Le Journal des annonces du bois p. 23

Renseignements commerciaux p. 28