ÉDITION ROUGE N°30

3.60  TTC

Acheter l'édition papier S'abonner

Description

| Franc-parler

Cherche chasseurs sachant chasser…

La chasse n’a pas bonne presse en cette rentrée. La baisse du prix du permis national à 200 euros (contre

400 euros auparavant) est partout présentée comme un cadeau fait aux pratiquants et, en installant quelques jours plus tard un comité de lutte contre les dégâts de gibier, le gouvernement entérine le fait que les chasseurs ne sont pas suffisamment efficaces sur le terrain.

Sur le sujet, deux réalités s’affrontent : la baisse régulière du nombre de chasseurs et l’inflation exponentielle du nombre des grands ongulés sur le territoire national, près de deux millions de cer fs et chevreuils et sans doute 4 millions de sangliers. Les chasseurs ne parvien- nent pas à réguler cette faune sauvage ; les dégâts qu’elle provoque sur les cultures et dans les forêts deviennent inacceptables. Il faut donc améliorer la régulation en favorisant la mobilité des chasseurs et en les incitant à tenir leurs engagements de réalisation. Partout en France, les prélèvements sont inférieurs aux attributions de bracelets : 640.000 cerfs et chevreuils ont été abattus en 2017 pour un potentiel de 740.000. Demain, quand les objectifs ne seront pas atteints, les préfets déclencheront des battues administratives qui seront à la charge des fédérations de chasse.

Il restera enfin un gros travail à réaliser au niveau de

l’indemnisation des dégâts : 30 millions d’euros l’an dernier. Aujourd’hui, cet argent va exclusivement aux agriculteurs ; les forestiers, eux, ne perçoivent rien. Les dégâts aux forêts sont pourtant patents et obligent les gestionnaires à protéger les plantations. Dans la présentation de ses objectifs, le gouvernement reconnaît que la forêt est, elle aussi, victime du gibier.

Dont acte. Les forestiers attendent désormais la traduc- tion matérielle de ce statut.

| Sommaire

| S’informer

Le zoom de la rédaction

Machines à bois /

Une croissance à deux chiffres pour les exportations allemandes . . . . . . . . . . . . . p. 4

Lignes express . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 5

Agenda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 6

L’actualité en régions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 8

Grand-Est / Un immeuble bois haut de 38 m à Strasbourg

Pays de la Loire / Deux événements Bois HD autour de l’acoustique

Bourgogne-Franche-Comté / Fibois BFC organise une mission d’échange et d’étude

en région Hauts-de-France et en Belgique

Auvergne-Rhône-Alpes / Journée technique du CSBE : optimisation des chaufferies

bois-énergie (< 2MW) dès leur conception

Gros plan

Grand-Est /

Eurométropole de Strasbourg : vers une feuille de route construction bois . . . . . p. 10

| Comprendre Entreprises Menuiserie /

Menuiserie Guigue : la finition comme axe de progression . . . . . . . . . . . . . . . . p. 13

SMT Escaliers : l’informatisation au service de la productivité . . . . . . . . . . . . . . p. 16

| S’équiper

Spécial salon Habitat & bois

Épinal /

Habitat et Bois 2018 : enraciner le bois au sein de la communauté . . . . . . . . . . p. 18

À voir sur les stands . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 20

| Gérer

Le Journal des annonces du bois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 23

Renseignements commerciaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 30