80E CAHIER DU BOIS-ÉNERGIE

3.60  TTC

Acheter l'édition papier S'abonner

Description

Le chauffage au bois, de façon indiscriminée, est souvent pointé du doigt par la presse généraliste et accusé d’être en grande partie à l’origine des émissions de particules qui polluent l’atmosphère. Certes, ceci est exact pour les trop nombreux brûlages sauvages, en principe interdits, sans oublier les incendies de forêt, provoqués par un défaut d’entretien et/ou une urbanisation incontrôlée. C’est égale-ment vrai pour le parc ancien d’appareils domestiques et tout particulièrement pour les cheminées à feu ouvert. Mais il faut affirmer avec force que ce n’est plus le cas pour les chaudières et poêles à bûches ou à granulés de nouvelle génération, labellisés Flamme Verte. Et que c’est totalement faux pour les chaudières industrielles et collectives équipées de filtres à particules. La nouvelle réglementation sur les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) publiée en août 2018 vient d’abaisser les seuils de rejets autorisés pour les poussières, mais également pour les oxydes d’azote (NOx). Elle est obligatoire dès la fi n de l’année pour les nouvelles installations et avec un délai pour celles qui sont en place. Ce Cahier du bois-énergie aborde cette problématique complexe de façon détaillée et on espère qu’il contribuera à faire cesser des amalgames sommaires qui ne permettent pas d’éclairer l’opinion publique. La feuille de route des promoteurs du bois-énergie, épaulés par l’Ademe, est claire :

– accélérer la mise en place des chaufferies industrielles et collectives alimentant des réseaux de chaleur, lesquelles présentent, répétons-le, des performances environnementales excellentes ;

– remplacer le parc des équipements domestiques anciens par des matériels performants et former installateurs et usagers pour qu’ils adoptent de bonnes pratiques.

Parallèlement, les pouvoirs publics doivent faire appliquer les interdictions de brûlage à l’air libre, c’est à dire sanctionner ces mauvaises habitudes partout où elles perdurent, en zone agricole comme en forêt, dans les parcs et jardins et encore dans certaines entreprises et chantiers. Mais ceci est une autre histoire !

Serge DEFAYE
DEBAT/BEST-ENERGIES

| Sommaire

• Edito, par Serge DEFAYE p.3
• Combustion du bois et qualité de l’air : des émissions de polluants en baisse et des défis à relever p.4
• Chauffage domestique : renouvellement du parc d’appareils et diffusion des bonnes pratiques sont les actions clés p.8
• Chaufferies collectives et industrielles : des émissions inférieures aux exigences de la réglementation grâce à des technologies efficaces p.12