84e CAHIER DU BOIS-ÉNERGIE

3.60  TTC

Acheter l'édition papier S'abonner

Description

Édito

La qualité des combustibles bois : un impératif !

Le bois-énergie doit être performant sur les plans technique, énergétique, économique, social et environnemental. C’est la condition pour que cette énergie soit choisie par les consommateurs et reconnue par les citoyens et les pouvoirs publics comme un pilier de la transition énergétique.
Cela suppose sérieux et engagement de la part de chaque maillon de la filière afin que la plus grande attention soit portée à la conception, la réalisation et l’exploitation des installations bois-énergie destinées à un usage domestique, collectif ou industriel.

Parmi les éléments clés figure la qualité du combustible bois. Peut-être est-ce même le facteur prépondérant. Il est en tout cas le plus complexe à maîtriser puisqu’il s’agit de transformer une matière vivante, donc sujette à variabilité, en un produit de caractéristiques fixées. L’approvisionnement doit figurer au centre des préoccupations des acteurs impliqués : producteur du combustible, fournisseur de l’équipement de combustion et personne en charge de la conduite de celui-ci (que ce soit un particulier, un professionnel de l’énergie ou un salarié du maître d’ouvrage de la chaufferie). Il est notamment im- portant de connaître les caractéristiques des combustibles admissibles, de suivre celles du combustible effectivement consommé et de veiller à assurer au mieux la traçabilité de la chaîne matière première utilisée / opérations de conditionnement et stockage / contrôles qualité / livraison du combustible.

Les professionnels disposent bien évidemment de compétences et savoir-faire propres. Cependant, la bonne gestion des interfaces requiert un langage commun afin de garantir que les besoins et attentes des uns et des autres sont bien compris. Et la promotion de la filière grâce aux bonnes pratiques mises en œuvre nécessite de s’appuyer sur des éléments concrets.

La norme internationale relative aux combustibles bois (ISO 17225) et les démarches qualité s’y adossant sont une réponse à ces deux impératifs. Rappelons qu’une norme volontaire est lancée à l’initiative des acteurs du marché et constitue un cadre de référence qui vise à fournir des lignes directrices, des prescriptions techniques ou qualitatives pour des produits, services ou pratiques au service de l’intérêt général. Elle est le fruit d’une coproduction consensuelle entre les professionnels et les utilisateurs qui se sont engagés dans son élaboration.

Soulignons que les chaufferies collectives et industrielles disposent désormais d’une norme adaptée (ISO 17225-9), grâce à l’important travail mené par les membres de la commission «approvisionnement » du CIBE. Qu’ils en soient ici remerciés !
Ce Cahier du bois-énergie donne une large place à l’expression des acteurs de la filière et permet d’avoir une vision globale des actions menées en faveur de la qualité des combustibles bois.

Mathieu FLEURY, Président du CIBE

| Sommaire

• Édito p. 3

• Chauffage domestique au bois : la qua- lité des combustibles, un enjeu majeur pour une filière composée de millions d’acteurs p.4

• Chaufferies collectives et industrielles : une articulation cohérente des démarches qualité, de la mobilisation des ressources ligneuses à la combustion du bois p.11