Une seconde année positive pour le marché français du meuble

Le 16 février 2017

Après la reprise enregistrée en 2015, le marché du meuble enchaîne avec un deuxième exercice positif pour la première fois depuis 2011. Au sein de ce secteur, le bois se distingue positivement sur le plan du recyclage.

Le marché domestique du meuble regagne en 2016 près de 220 millions d’euros et s’établit à 9,56 milliards d’euros, soit la valeur qui était la sienne en 2012. Le pic d’activité de 2011 à 9,84 milliards d’euros demeure encore loin. Pour atteindre un tel résultat à la fin de l’année 2017, le marché devra trouver les solutions pour redynamiser son activité et développer sa croissance à hauteur d’au moins 3%. L’année 2016 aura constitué un exercice à deux vitesses pour le secteur du meuble. Le marché a en effet peiné à maintenir ses ventes sur le deuxième semestre, après pourtant un premier semestre comme il n’en avait plus connu depuis dix ans. La reprise est perceptible sur la plupart des segments de produits.

La literie se porte bien, avec une progression de 5,5%. La cuisine enregistre une progression de ses ventes de 3,7%. Progression également du côté du meuble rembourré qui enregistre une croissance de 1,5%. Même s’il est également en croissance, le segment du meuble meublant se situe en retrait des segments précédents avec une croissance de 1%. Le meuble de jardin affiche lui aussi une légère progression, de l’ordre de 0,6%. Quant au meuble de salle de bains, l’activité recule de 0,4%.

Le chiffre : 2,3% / C’est le taux de croissance de l’activité du secteur français de l’ameublement enregistré en 2016, progression toutefois légèrement inférieure à celle de 2015.

En France, la filière ameublement emploie 120.000 salariés. Tant en fabrication qu’en distribution, la filière se caractérise toujours par une nette prédominance de TPE/PME. Pour pérenniser et développer leurs activités, fabricants et distributeurs français d’ameublement font face à d’importants défis, au premier rang desquels l’appropriation des nouvelles technologies digitales.

Fabricants et distributeurs de meubles sont parvenus, en à peine plus de trois ans, à tenir les ambitieux objectifs environnementaux fixés par le Grenelle de l’environnement. Par l’intermédiaire de trois éco-organismes (Eco-Mobilier, Valdelia et Ecologic), plus de 400.000 tonnes de déchets d’ameublement sont annuellement récupérés via un réseau de plus de 3.700 points de collecte. «La montée en puissance de la filière REP (responsabilité élargie du producteur) ameublement a été rapide et mérite aujourd’hui d’être ajustée aux capacités réelles de recyclage et de valorisation des différents matériaux, au premier rang desquels le bois», déclarent les représentants de la filière meuble.