Scolytes : les coopératives forestières demandent des moyens pour poursuivre l’évacuation des bois

Le 28 octobre 2020

L’Union de la coopération forestière française (UCFF) tire la sonnette d’alarme. « Les scolytes gagnent du terrain et contaminent de plus en plus de forêtsTous les voyants sont au rouge, l’intensification de la crise sanitaire est avérée. Suite aux conditions climatiques exceptionnelles, les constats du terrain sont très alarmants »écrit dans un communiqué diffusé le 27 octobre cette fédération qui regroupe 17 coopératives réparties sur l’ensemble du territoire français. « Fin juin 2020, d’après le Département de santé des forêts du ministère de l’Agriculture, 4,6 millions de mètres cubes de bois sont estimés touchés depuis 2018 dont 3 millions uniquement en 2019. Les professionnels estiment qu’un doublement des volumes scolytés est attendu pour 2021 au vu du contexte climatique du printemps-été 2020. » Pour l’UCFF, qui s’inquiète de l’extension des populations de scolytes des plaines aux zones de moyenne altitude, les 6 millions d’euros d’aide alloués jusqu’ici par les pouvoirs publics pour permettre l’évacuation des bois scolytés ne suffiront pas à boucler l’année. « Le marché régional étant saturé, les gestionnaires privés – coopératives forestières –, et publics se sont organisés pour évacuer au plus vite ces bois d’abord localement, en maximisant leur utilisation en bois d’œuvre quand la qualité des bois le permet encore, puis vers les industries d’autres régions françaises », indique l’UCFF. Composé au départ de deux trains hebdomadaires chargés de 1.500 m3 de bois à destination des usines Smurfit Kappa et Egger en Nouvelle-Aquitaine, le flux passe actuellement à trois convois et sera de quatre trains par semaine d’ici la fin de l’automne. « Un cinquième train est également à l’étude au départ du Jura », précise l’UCFF qui demande désormais des moyens pour continuer les opérations. « Pour poursuivre l’évacuation des bois, 3 millions d’euros d’aides supplémentaires sur 2020 sont indispensables »L’Union des coopératives forestières appelle par ailleurs l’Etat et les régions à prendre des mesures exceptionnelles complémentaires à partir de l’année prochaine et à simplifier l’accès aux différents dispositifsElle demande notamment un renforcement de l’aide dédiée à l’évacuation des bois vers le Sud-Ouest de la France à hauteur de 12 millions d’euros par an minimum pour les deux prochaines années, la mobilisation avec les régions de 11 millions d’euros par an pour le stockage sous aspersion des bois sains issus des coupes collatérales des foyers de scolytes (6 millions d’euros en Grand-Est et 5 millions d’euros en Bourgogne-Franche-Comté), ou encore un soutien à la trésorerie de 36 millions d’euros minimum, sous forme d’avance remboursable ou de prêt à taux zéro, pour financer l’immobilisation du bois récolté sur les plateformes.

Crédit photo UCFF août 2020