Salon BePositive 2017, une édition hautement qualitative

Le 23 mars 2017

L’édition du salon BePositive qui a eu lieu à Lyon Eurexpo du 8 au 10 mars a été salué par les divers exposants présents appartenant à la filière forêt bois comme hautement qualitative sur le plan des contacts, confirmant ainsi sa vocation de rassembler les professionnels. Dans un contexte où l’on pressent des signes de reprise dans le secteur de la construction, les entreprises rivalisent plus que jamais d’inventivité en vue de donner au bois la place qu’il mérite au sein du bâtiment à énergie positive de demain.

519 exposants et marques ont présenté sur cette édition leurs solutions et leurs récentes innovations aux visiteurs professionnels avec une forte représentativité internationale (on dénombre 31% des exposants issus de pays étrangers). L’événement a réuni 28.134 professionnels pendant trois jours. On note une ouverture croissante à l’international avec pour cette édition plus de 6% de visiteurs internationaux issus de près de 57 pays dont figurent dans le top 5, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Italie et la Suisse. Plus de 40% de visiteurs étaient issus de territoires hors région Auvergne-Rhône-Alpes, avec 71% de visiteurs occupant des postes de décideurs. L’ensemble des professionnels a notamment pu assister à 100 conférences sur des sujets d’actualité sur les 3 plateaux TV du salon répartis sur chaque univers, et animés en partenariat avec des journalistes de la presse spécialisées. «Il s’agit d’un très bon salon sur le plan qualitatif», souligne Christophe Bieber, dirigeant de la menuiserie du même nom.

Au regard de l’ampleur de l’événement, regroupant en tout quatre univers divers et complémentaires (ENR & Territoires, Énergies dans le bâtiment, Flam’expo et Bâtiment & Aménagement), la filière forêt bois était présente de façon disons concentrée, à la fois au niveau du bois énergie au sein de l’univers Flam’expo, la construction bois occupant un espace dédié au sein de l’univers Bâtiment & Aménagement. Et sur cet espace on trouvait, outre un village bois, un stand commun aux diverses interprofessions régionales, le groupement des équipementiers, exposant sous l’égide de l’Ameublement français, et rassemblant des entreprises telles que Biesse, Polyrey, Rehau ou encore Blum. «Notre but est de démontrer, en particulier aux architectes et agenceurs d’intérieur, les atouts des solutions que proposent l’ensemble des entreprises participantes, notamment en ce qui concerne la facilité d’installation», explique Christophe Chenu, de la société Blum.

De la nécessité de se démarquer

Savoir convaincre négociants, architectes, maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre, implique plus que jamais pour la filière bois construction de proposer des solutions lui permettant de se démarquer positivement de la concurrence exercée par les autres matériaux. Qui dit bâtiments à énergie positive dit menuiserie hautement performante, et certes, les menuisiers bois présents sur cette édition proposaient des profils souvent remarquables. Avec, en point de mire, non seulement le secteur du neuf (et parmi celui-ci les bâtiments collectifs, qui constituent un débouché d’avenir important pour la menuiserie bois) mais aussi celui de la rénovation, présentant sans conteste un potentiel considérable. Cédric Goeffert, responsable commercial pour la menuiserie Bader, basée à Hésingue (68), estime que «la menuiserie bois a une vraie carte à jouer sur le secteur de la maison passive, en proposant un profil double ou triple vitrage, où la plupart des profils sont encore mixtes. Nos fenêtres bois se destinent pour environ 1/3 au secteur du neuf, et 2/3 à la rénovation. Il est aujourd’hui indispensable de se démarquer, à la fois en termes de produit, et aussi d’apporter un conseil personnalisé».

Performance acoustique, thermique et sécurité, tel est le triptyque gagnant pour la menuiserie Bieber, basée à Waldhambach (67). Celle-ci, en plus de fournir des produits de qualité élevée, se distingue aussi par une démarche d’approvisionnement privilégiant les circuits courts. Elle présentait sur BePositive une fenêtre à vitrage collée, produit répondant au vœu des architectes d’agrandir la surface vitrée. L’entreprise, dont la production est composée à plus de 50% de fenêtres triple vitrage et applique une finition à base de produits hydrauliques à 95% de sa production, est labellisée Menuiserie 21 et répartit son activité de manière équilibrée entre les secteurs du neuf, de la rénovation et du tertiaire. «L’avenir de la fenêtre bois passe par le collectif, car c’est là que le bois a progressé sur la période récente», souligne Christophe Bieber, dirigeant de l’entreprise.

Parmi les nominés des trophées de l’innovation de cette édition 2017 figurait notamment la société Dom’Innov. L’entreprise, basée à Sainte-Hélène-du-Lac (73), présentait sur le salon son système constructif Blokiwood, permettant de réaliser des murs porteurs intégrant des caractéristiques structurelles et thermiques. Ce système, d’un poids n’excédant pas 35 kg, est décliné en une trentaine de modèles assemblables sur sites, et montable dans la journée par seulement trois personnes. Sa vocation est de s’inscrire en complément des solutions de préfabrication classiques : «Dans la construction bois, la préfabrication constitue une priorité absolue. Or, le critère d’accessibilité au chantier n’est que trop rarement pris en compte», estime Joël Ménard, créateur de Dom’Innov. D’où l’idée de ce concept ingénieux, constitué de panneaux dérivés (OSB et MDF structurel), et revendiquant 150 tailles de fenêtres possibles avec une trentaine d’éléments.

SJ