Reprise de la scierie Noël par Pierre Nogueira

Le 13 janvier 2021

Si beaucoup trop de scieries ferment chaque année, il y en a aussi qui sont reprises. Exemple de la scierie mayennaise Noël qui avec Pierre Nogueira est repartie vers de nouveaux horizons.

Il y a en France une cinquantaine de scieries (données Agreste) qui cessent leur activité chaque année, mais fort heureusement certaines sont reprises. La scierie Noël, dans le nord de la Mayenne, est l’une d’entre elles depuis octobre. Le repreneur, Pierre Nogueira, 30 ans, est titulaire d’un BTS technicien forestier et d’une licence en gestion des entreprises. Originaire du Val de Loire, une histoire familiale le lie étroitement au bois car son père était me- nuisier et son grand-père gemmeur dans les Landes. Le repreneur a aussi un solide bagage professionnel puisque, depuis dix ans, il travaille dans l’industrie de la seconde transformation du bois.

La scierie Noël est située à Larchamp, au nord-ouest de Laval. Elle est proche des massifs forestiers riches en chênes reconnus pour leur qualité : forêts de Bercé, du Perche et de la Normandie, qui assurent donc un approvisionnement à 150 kilomètres à la ronde. Les fournisseurs sont principalement des exploitants ou des propriétaires privés. Selon les années, pas ou peu d’achats auprès de l’ONF.

«Cela dit, la concurrence exacerbée entre scieurs et exportateurs sur l’essence chêne rend les approvisionnements difficiles en raison des tarifs de bois sur pied en hausse constante ces cinq dernières années. Par contre, la scierie profite de la proximité de l’Angleterre pour l’export des sciages, mais nous sommes dans l’attente de l’application du Brexit et de ses conséquences directes : contraintes logistiques et douanières», précise Pierre Nogueira […]

Voir notre édition verte, Le Bois International, Scierie, exploitation forestière N°1…