Relocalisation industrielle, délocalisation des bois dans le cloud

Le 8 avril 2020

La crise du Covid-19 a généré un débat sur la mondialisation des chaînes de valeur. Dans les premiers moments de cette crise, beaucoup de voix se sont ainsi élevées en faveur de la relocalisation d’usines de fabrication de produits et matières de base.
La filière forêt-bois est particulière au regard de sa chaîne de valeur. La ressource existe sur le territoire national. Mais une partie de la valeur ajoutée est créée ailleurs, un sujet qui a été mis sur le tout devant de la scène médiatique quand les scieurs de chêne ont dénoncé l’export de grumes comme responsable de leurs difficultés à s’approvisionner.
La mise en place de lots de chênes labellisés «Transformation UE» lors des ventes de bois publics par l’ONF (selon une disposition réglementaire transitoire) a été un palliatif. Sinon, différentes voies sont explorées pour relocaliser la valeur ajoutée, comme par exemple la sensibilisation des consommateurs par des labels, marques ou campagnes de communication, le développement de produits (produits de construction en feuillu, par exemple).
Face à ces mesures de long terme et parfois ponctuelles, de grands moyens sont mis en œuvre pour favoriser la numérisation dans la filière, dont il n’est pas illégitime de se demander si elle ne favorisera pas, elle, à terme, les chaînes de valeur mondialisées. La connaissance virtuelle des bois et de leur flux, et le développement des outils numériques parmi les acteurs de terrain aptes à les nourrir en information, permet de gérer la transformation du bois depuis… la ville.
Trois partenaires, DoubleHelix, Bluenumber et Sourcemap ont annoncé récemment proposer un outil numérique (solution intégrée Nature’s Barcode) pour une meilleure visibilité, compréhension et contrôle des pratiques de chaîne d’approvisionnement en bois… au niveau mondial. «Organiser d’énormes volumes de données sur la chaîne d’approvisionnement», c’est ce que propose le groupement aux entreprises, aux investisseurs ou aux autorités réglementaires… «DoubleHelix fournit des services de découverte de la chaîne d’approvisionnement, d’évaluation des risques, d’atténuation et de vérification aux acheteurs de produits en bois. Des experts sur le terrain vérifient les pratiques de la chaîne d’approvisionnement, soutenus par une suite d’outils scientifiques tels que les tests d’ADN et d’isotopes pour vérifier indépendamment les données.
Bluenumber apporte une expertise technique pour numériser, analyser et garantir la confidentialité des données de la chaîne d’approvisionnement grâce à la blockchain, l’apprentissage automatique et d’autres technologies émergentes. Sourcemap fournit la plateforme pour présenter, visualiser et communiquer des données complexes de la chaîne d’approvisionnement dans un format simple, accessible et attrayant.»
Paradoxalement, la crise du Covid-19 qui a fait naître le débat sur la relocalisation pourrait également accélérer la digitalisation de la filière, et avoir ainsi des effets contradictoires. Engagé avant la crise du coronavirus, en juin 2019, le projet «Numérisation: impacts économiques et sociaux sur les zones rurales», baptisé Desira, apportera peut-être quelques éclaircissements sur l’accélération de la digitalisation dans la filière forêt-bois et sur ses retombées. Ce projet Horizon 2020 de quatre ans coordonné par l’université de Pise rassemble 25 organisations universitaires et de la société civile de différents secteurs et disciplines, dont PEFC Italie. Partant du constat que «les nouvelles technologies numériques sont considérées comme des «changeurs de jeu», car elles reconfigurent profondément les routines, les règles, les acteurs et les artefacts qui constituent les modèles commerciaux, la consommation, les styles d’achat, la prestation de services, ainsi que les processus d’apprentissage et l’innovation», le projet a pour ambition d’aider les communautés rurales et les acteurs de l’agriculture et de la foresterie à réfléchir aux risques et opportunités futurs liés à la numérisation ; de même qu’à leur capacité à saisir les opportunités offertes par la numérisation et à améliorer la résilience aux risques associés…

Photo : carte d’une chaîne d’approvisionnement. Source : www.naturesbarcode.com