Politiques publiques / Intempéries : la FNB sollicite le ministère du Travail et l’ONF

Le 16 juin 2016

Pour aider les entreprises de la filière forêt-bois à faire face aux difficultés engendrées par les dernières intempéries, la FNB a choisi de solliciter le soutien du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social ainsi que celui de l’Office national des forêts (ONF).

«Les récentes conditions météorologiques ont provoqué de graves perturbations dans l’exploitation forestière et les mouvements sociaux ont entraîné des désordres dans les transports du bois», explique la Fédération nationale du bois. «Ce contexte a de graves incidences sur la trésorerie des entreprises et certaines n’ont aujourd’hui qu’une à deux semaines de stock pour assurer la continuité de leurs activités. Beaucoup d’entre elles vont devoir faire face à des ruptures d’approvisionnement et prendre des mesures de chômage technique pour leurs collaborateurs dans les quinze prochains jours. L’activité scierie est la plus concernée par cette situation de crise. […] Ce sont les scieries spécialisées dans le chêne qui sont les plus impactées car situées très majoritairement dans les régions touchées par les inondations. Beaucoup d’entreprises de la filière bois envisagent de mettre en œuvre des procédures d’activité partielle de plus ou moins longue durée. Il s’agit pour elles d’atténuer les répercussions des baisses d’activité en sauvegardant le capital de compétences de leurs collaborateurs et en limitant l’impact des difficultés rencontrées sur leurs rémunérations.»

Le chiffre : 50.000 / En France, l’activité scierie représenterait quelque 50.000 emplois directs d’après les chiffres de la FNB. L’organisation professionnelle précise que cette activité serait la plus concernée par la situation de crise provoquée entre autres par les derniers aléas météorologiques.

Face à cette situation, la FNB a décidé de solliciter auprès du ministère du Travail la signature d’une convention nationale, pour que l’État puisse prendre en charge les allocations spécifiques de ce dispositif dans leur globalité, accélérer les procédures d’instruction par les services de l’État, avec en point de mire pour l’organisation professionnelle la volonté d’assurer le maintien de l’emploi dans les entreprises de la filière française du bois.
Concernant ensuite les perturbations engendrées par les mauvaises conditions météorologiques dans l’exploitation forestière des coupes de bois, la FNB a demandé à l’ONF un report gratuit de six mois pour l’exploitation des coupes de bois et le décalage des délais de paiement de ces coupes afin de ne pas provoquer de crise de trésorerie dans les entreprises. «C’est à ces seules conditions que la filière française du bois pourra passer ce cap difficile, lié aux ruptures d’approvisionnement et à la mise au chômage technique de ses collaborateurs», précise la FNB.