Politiques publiques / Le CSF bois confirmé au sein du Conseil national de l’industrie

Le 1 mars 2018

Le ministre de l’économie et des finances Bruno Le Maire a présidé le lundi 26 février à Paris une première réunion du comité exécutif resserré du Conseil national de l’industrie (CNI). Elle a notamment permis d’acter le passage de 14 à 10 Comités stratégiques de filières. Une liste réduite dans laquelle la filière bois conserve son CSF.

À l’origine, le comité stratégique de filière bois (CSF bois) a été créé début 2014 au sein du Conseil national de l’industrie (CNI). Il a notamment eu la charge de l’élaboration et du suivi du contrat de filière forêt-bois signé en décembre 2014 par quatre ministères, l’association des Régions de France et les représentants des professionnels de la forêt et du bois (Lire : «Gros plan / Contrat de filière CSF bois : neuf axes stratégiques qui visent à développer la compétitivité et l’emploi»).

En fin d’année dernière, le Premier ministre Edouard Philippe avait lancé un audit des quatorze comités stratégiques de filière (CSF), dont celui du bois, réunis au sein du CNI. La Direction générale des entreprises a piloté cet audit en relation avec France industrie et en associant les services des ministères concernés. Suite aux conclusions issues de ses travaux, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a annoncé lundi 26 février à Bercy une liste resserrée de dix Comités stratégiques de filières, dans laquelle la filière forêt-bois conserve sa place. «Dernier né, notre CSF bois a été ainsi confirmé et conforté», s’est félicité le président du CSF bois Luc Charmasson suite à l’annonce effectuée par le ministre de l’Économie dans le cadre du comité exécutif resserré, qui dorénavant sera appelé à se réunir chaque trimestre. «Nos travaux et nos réussites depuis trois ans ont été appréciés. Les avancées d’une meilleure structuration de la filière autour de ses projets, la fluidité, la qualité du pilotage par les professionnels et l’équilibre de nos relations avec quatre ministres signataires du contrat ont été salués, nos partenariats avec des agences de l’Etat encouragés.»

Le chiffre : 25% / Au cours de sa réunion du 26 février, le comité exécutif du CNI a pu faire le point sur les travaux en cours sur la fiscalité de production. Le gouvernement a ainsi rappelé son action pour transformer le CICE en allègements de cotisations sociales et a indiqué qu’une baisse du taux de l’impôt sur les sociétés a été décidée, à 25% d’ici 2022. Dans cette perspective d’ici fin mai, un groupe de travail du CNI devrait réaliser un état des lieux sur les impôts sur la production pour mesurer leur impact sur la compétitivité des entreprises.

Cette réunion du comité exécutif du CNI a aussi été l’occasion pour le gouvernement de rappeler ses travaux sur la fiscalité de production, et de faire un point d’étape sur la mission «Une politique industrielle européenne forte», confiée à Frédéric Saint-Geours, ainsi que sur le plan d’actions «La French Fab», un label lancé par le gouvernement pour valoriser le savoir-faire du tissu industriel français et mettre en valeur l’industrie du futur à la française, qui compterait déjà plus de 1.000 entreprises labellisées.
Prochaine étape pour le CSF bois, la préparation d’une assemblée plénière au cours de laquelle sera signé un nouveau contrat par les organisations professionnelles, les quatre ministres, le président de l’association des Régions de France (ARF), en présence des organisations syndicales. «Ce nouveau contrat mettra en exergue les projets structurants notamment autour des thèmes retenus par le CNI pour tous les CSF : innovation, formation, numérique et exportation», a précisé Luc Charmasson.