Politique forestière / La filière adopte le Programme national forêt-bois

Le 18 mars 2016

Le 8 mars, l’ensemble de la filière forêt-bois s’est réunie dans le cadre du Conseil national supérieur de la forêt et du bois. Sous la présidence du ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, les professionnels de la filière ont adopté le Programme national forêt-bois, qui fixe les grandes orientations de la politique forestière pour les dix prochaines années.

Prévu par la loi d’avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la Forêt, le Programme national de la forêt et du bois (PNFB) définit les orientations de politique forestière pour les dix prochaines années. Ce programme a été coconstruit avec tous les acteurs concernés de la filière en prenant en compte le contrat de filière bois du Comité stratégique de filière bois (CSF bois). Il vise à permettre de créer de la valeur dans le cadre de la croissance verte, en gérant durablement la ressource disponible en France, pour la transition bas carbone. À répondre aux attentes des citoyens et à s’intégrer à des projets de territoires. À conjuguer atténuation et adaptation des forêts françaises au changement climatique. Et à développer des synergies entre forêt et industrie en trouvant des débouchés aux produits forestiers disponibles à court et moyen termes en adaptant les sylvicultures pour mieux répondre aux besoins des marchés. « Cette signature prouve l’engagement, le dynamisme et l’énergie qui ont été déployés de manière conjointe pour faire grandir la filière. Nous avons assisté à un véritable dialogue entre toutes les institutions amont-aval », a déclaré Cyril Le Picard, président de France bois forêt.

Le chiffre : 12 millions de m3 / Le PNFB fixe l’objectif d’une augmentation progressive de la récolte annuelle pour atteindre + 12 millions de m³ de bois récolté au bout de dix ans de gestion dynamisée. Ainsi, l’objectif national de mobilisation retenu dans le PNFB est d’atteindre en 2026 une récolte de bois commercialisée en augmentation de 12 millions de m³. À titre indicatif, avec un tel niveau de récolte, le taux de prélèvement serait d’environ 65% de l’accroissement biologique.

« Le renouvellement des peuplements doit désormais prendre en compte les éléments structurels d’évolution des marchés. Nous continuons de progresser avec l’ensemble de la filière pour fournir aux industries les quantités et qualités des essences que le marché national demande ». Pour répondre aux objectifs fixés par le PNFB, des actions structurantes vont être engagées afin d’initier des évolutions en forêt (restaurer l’équilibre sylvo-cynégétique, diminuer les incertitudes liées au changement climatique, dynamiser la gestion forestière, etc.) et dans l’optique de stimuler le renouveau industriel en lien avec le Contrat stratégique de filière (CSF). Les organisations professionnelles réunies à Paris le 8 mars ont expliqué que la signature du PNFB permet de clarifier ses relations avec le Contrat de filière du CSF bois et favorise l’organisation de la filière. « Ce contrat de filière peut être élargi à des actions de ce nouveau plan national qui soutient la gestion durable de la forêt. Ce plan est décliné en programmes régionaux, en soutien avec les interprofessions locales. L’ensemble de ces actions transversales stimuleront le renouveau industriel de la filière », a déclaré Luc Charmasson, président de France bois industries entreprises avant d’ajouter : « Ainsi, après une phase de construction séparant les questions amont et aval, le plan ouvre la voie d’une convergence opérationnelle entre sa propre mise en œuvre et le Contrat de filière ».