Menuiserie Laffay : la polyvalence en action

Le 16 avril 2019
Photo : Aujourd'hui, la menuiserie Laffay génère un chiffre d'affaires de l'ordre de 3,4 millions d'euros. 

Basée à Saint-Léger-sous-la- Bussière (71), la menuiserie Laffay se distingue par une activité polyvalente, qui va de la fabrication d’ouvrages divers à la pose. S’inscrivant dans la continuité d’un développement s’appuyant tant sur une équipe aux compétences éprouvées et complémentaires que sur un équipement numérique performant, elle s’est équipée d’une chaîne de finition ergonomique fournie par la société italienne Finiture.

C’est en 1979 qu’André Laffay fonde la menuiserie du même nom. Une création d’emblée placée sous le signe de la polyvalence qui continue de caractériser l’entreprise, que le fondateur dirige aujourd’hui aux côtés de ses deux fils, Bertrand et Guillaume, imprégnés du métier dès le plus jeune âge.

La menuiserie, qui pratique aussi bien la fabrication que la pose, est en effet en mesure d’effectuer des réalisations diverses, que ce soit dans le domaine de la menuiserie extérieure (fenêtres, portes d’entrée, volets, portails) ou de la menuiserie intérieure, avec des ouvrages tels que des éléments de cuisine ou de dressing, ou des banques d’accueil. Précisons que la menuiserie, dont l’essentiel de la production est réalisée à base de bois (à l’exception d’une part assez marginale de fenêtres mixtes bois/ aluminium), assure la pose de l’ensemble de celle-ci, ce qui, comme le remarque Bertrand Laffay, est «un gage de rapidité et de flexibilité».
L’entreprise, qui réalise aujourd’hui d’un chiffre d’affaires de l’ordre de 3,4 millions d’euros, compte un effectif de 16 personnes, parmi lesquelles on distingue trois équipes de pose de deux personnes chacune, six personnes en fabrication et finition, une secrétaire et deux appren- tis, en plus de l’équipe de direction. «Nous avons conservé notre positionnement de départ, simplement, notre structure a progressé et grossi avec le temps», témoigne Bertrand Laffay. Les membres de la menuiserie œuvrant au sein des ateliers, s’ils possèdent tous des compétences généralistes les rendant capables d’intervenir de manière transversale, revendiquent par ailleurs des compétences distinctives, et complémentaires : on trouve ainsi un agenceur, un spécialiste de la menuiserie en bois massif, un de la fenêtre, un spécialiste de la partie finition et du parachèvement des menuiseries, ou encore un ouvrier polyvalent.

En termes d’approvisionnements, la menuiserie se fournit aussi bien en bois de pays qu’en bois exotique, et achète à présent plus de carrelets que de plots. «Même si nous achetons du bois importé, nous nous inscrivons aussi dans une culture du chêne au niveau local», précise Bertrand Laffay, qui ajoute : «Nous employons du chêne, en particulier en rénovation. On note, par ailleurs, un recours croissant au pin dans le cadre de la fabrication de fenêtres».

Deux machines complémentaires

En cohérence avec sa vocation, l’entreprise opte pour des chantiers lui permettant d’exprimer au mieux ses talents polyvalents, à l’instar d’hôpitaux, d’écoles, de bâtiments tertiaires, ou encore de magasins : «Notre activité se répartit, à l’heure actuelle, entre 80% de marchés publics et 20% de particuliers, la partie dédiée aux marchés publics ayant progressé avec le temps, et celle concernant les particuliers se traduisant principalement par de la rénovation d’habitations plutôt haut de gamme», explique Bertrand Laffay, qui ajoute […]

Photo : Aujourd’hui, la menuiserie Laffay génère un chiffre d’affaires de l’ordre de 3,4 millions d’euros. 

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°14 …