Lutte contre le réchauffement climatique, la filière forêt-bois prête à relever le défi

Le 6 novembre 2019
Des entreprises locales concrétisent des projets de plantation, de construction bois et de valorisation énergétique du bois.

Les troisièmes Assises de la forêt et du bois se sont tenues à Saint-Brieuc (22) le 18 octobre dernier. Organisées par l’interprofession bretonne Abibois, elles ont réuni quelques 350 participants, professionnels ou institutionnels, autour de thématiques d’actualités comme le changement climatique et la compensation carbone.

Le 18 octobre, Abibois, l’association interprofessionnelle du bois en Bretagne, le CRPF et l’ONF tenaient les troisièmes Assises de la forêt et du bois à Saint-Brieuc en partenariat avec l’Etat, la région Bretagne, PEFC, et d’autres acteurs régionaux (FNB, Entrepreneurs des territoires, experts forestiers, Fransylva). Contexte oblige, le réchauffement climatique était le fil conducteur de cette journée réunissant 350 participants dont des professionnels du secteur (propriétaires forestiers, ex- perts forestiers, scieurs, entreprises bois, architectes, centres de formation…) et hors secteur, des élus et des acteurs économiques. Elle a clairement mis en exergue la nécessité de soutenir la filière forêt-bois au regard des enjeux environnementaux auxquels elle répond : séquestration du CO2 en forêt et stockage dans les produits bois, réservoir de biodiversité, lutte contre l’érosion des sols, source d’énergie, développement durable.

Journaliste expert de l’environnement la tête d’une émission intitulée «CO2 mon amour» sur France Inter, Denis Cheissoux animait l’évènement. Connu pour son franc-parler, il n’y va pas par quatre chemins. «Le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) évoque un réchauffement climatique moyen à 1 °C. Les phénomènes de dérèglements climatiques s’amplifient et s’accélèrent avec comme conséquences la fonte des banquises, l’élévation du niveau des mers et la disparition d’espèces. Si on retire l’homme de l’équation, on ne comprend pas ce changement climatique. Nos modes de production et de consommation ne tiennent clairement pas la route. Nous devons agir rapidement pour faire la paix avec la planète et répondre aux attentes sociétales.»

La forêt française, un puits de carbone à préserver

La forêt française, composée pour 66% de feuillus, représente un puits de carbone non négligeable. 1 m3 de bois piège 1 t de CO2. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Sur 458 Mt de CO2 eq/an d’émissions annuelles de gaz à effet de serre, la forêt stocke 88 Mt CO2 eq/an, dont 70 Mt par la biomasse vivante et 18 Mt via le sol, et les produits de substitution à savoir les matériaux et le bois-énergie captent 42 Mt CO2 eq/an. «A elle seule, la filière forêt-bois atténue ainsi 30% des émissions annuelles de gaz à effet de serre. Maintenir voire accroître ce puits de carbone est un véritable enjeu. La crise des scolytes survenue dans l’Est de la France suite à un hiver doux nous rappelle combien l’écosystème forestier est fragile. La diversification des essences qui caractérise la forêt française est un levier à conserver pour assurer la capacité de résilience face aux agressions. De même, la migration assistée des essences et la recherche de nouvelles essences sont des solutions à explorer pour adapter les forêts aux évolutions du climat. Parallèlement à la sylviculture, nous devons aussi trouver des débouchés industriels», commente Olivier Picard, directeur re- cherche et développement au Centre na- tional de la propriété forestière. Même si la forêt bretonne ne couvre que 14% du territoire (30% à l’échelle nationale), les acteurs n’en sont pas moins dynamiques, bien au contraire. Ils montrent leur volonté de pérenniser cette filière génératrice d’emplois et de se rassembler autour de cet enjeu de taille pour répondre aux attentes des citoyens. A l’échelle locale et nationale, les actions menées prouvent que la filière s’est emparée de la problématique. En Bretagne, Abibois, en partenariat avec le CNPF, l’ONF et l’association Aile, accompagne le développement de la valorisation du bois en construction, en combustible ou en em- ballage dans les territoires via l’outil «Forêt, bois et territoires» […]

Photo : Des entreprises locales concrétisent des projets de plantation, de construction bois et de valorisation énergétique du bois.

Voir notre édition verte, Le Bois International, Scierie, exploitation forestière N°37…