Limousin bois abouté feuillus diversifie sa production

Le 4 avril 2019
Raphaël Durand et Michel Sarre ont impulsé une nouvelle dynamique à la société Limousin bois abouté feuillus.

Spécialisée dans la fabrication de carrelets et panneaux feuillus en lamellé-collé abouté ou massifs, la société Limousin bois abouté feuillus, en activité depuis sept ans à Saint-Germain-les-Belles (Haute-Vienne), a misé sur une nouvelle stratégie de développement qui s’avère payante.

Depuis deux ans, la société Limousin bois abouté feuillus, implantée sur une parcelle de 5.000 m² dans la zone du Martoulet et créée à l’initiative de quatre scieurs basés en Limousin, Dordogne et Midi-Pyrénées, a adopté une nouvelle stratégie de développement depuis
l’arrivée d’un nouveau binôme à sa tête : le scieur Michel Sarre, directeur de LBAF, et Raphaël Durand, nouveau président de cette société, issu de l’industrie papetière. Après avoir dirigé le site du Comptoir des bois de Brive et l’usine International Paper de Saillat-sur-Vienne, ce dernier s’était expatrié en Belgique et souhaitait revenir en Limousin pour gérer un projet bois-énergie. Ainsi, il acquiert en 2016 l’unité de granulation et biomasse Eburo avec le projet d’investir dans un séchoir de grande capacité qui pourrait être utilisée par LBAF, Eburo et la scierie Puy Mory bois, toutes trois situées sur cette zone d’activité. Cependant, LBAF, futur premier client de ce séchoir, traverse une période difficile avec une perte d’un million d’euros pour un chiffre d’affaires de 665.000 euros. Une augmentation de capital est actée par les actionnaires et une nouvelle gouvernance mise en place. “J’ai accédé à la présidence de LBAF début 2017 et il a fallu revoir la stratégie industrielle, commerciale et d’approvisionnement” explique-t-il, “la société était axé à 90% monoproduit avec des carrelets en chêne et surtout en hêtre qui ne dégageaient qu’une faible marge vu le prix de la matière première. Nous avons changé le mix produit en ajoutant des panneaux en lamellé-collé aboutés ou lames entières et de la prestation. Celle-ci nous a permis de découvrir de nouveaux marchés, d’avoir de meilleures marges et un meilleur rendement matière après avoir consommé les bois qui avaient été achetés”.

Un préséchoir prévu

En plus du chêne et du hêtre, LBAF décide de valoriser frêne, châtaignier et chêne américain provenant de forêts limousines certifiées PEFC de même que CTB-LCA pour ces essences ainsi que pour le collage et le mélange d’essences. L’entreprise compte désormais neuf salariés contre quinze voilà deux ans avec un résultat de nouveau équilibré en 2018 pour un chiffre d’affaires de 1,5 million et un prévisionnel de deux millions cette année. “L’objectif est […]

Photo : Raphaël Durand et Michel Sarre ont impulsé une nouvelle dynamique.

Lire la suite dans Le Bois International, Charpente, construction, menuiserie et meuble, notre édition rouge N°12 …