Ligna 2019 : retour sur le matériel pour la 1re transformation

Le 3 juillet 2019
La société allemande Kallfass, dont les produits sont commercialisés en France par VBI, présentait un projet de robot de manutention des liteaux, afin de remplir les chargeurs des empileurs automatiques. 

La Ligna, foire internationale de la machine à bois et de l’exploitation forestière, s’est déroulée en Allemagne du 27 au 31 mai. Comme à l’accoutumée, le matériel pour les professionnels de la première transformation était présenté dans le hall 25 du parc des expositions de la ville de Hanovre. 221 marques étaient recensées, sur 191 stands. Dans ce hall étaient également présentés, sur une surface limitée, des équipements relatifs au bois-énergie.

Six entreprises françaises exposaient cette année dans le hall 25, et 21 au total étaient présentes dans les allées de cette édition 2019 de la Ligna. Parmi les présents en mai à Hanovre, on peut citer :

La Forézienne, pour les lames de scie, les couteaux et fers, les machines d’affûtage, et de très nombreuses références de matériels, accessoires et pièces détachées pour les scieries ;

Cathild industrie, notamment pour les technologies de séchage à gaz direct, à air chaud climatisé, les séchoirs déplaçables, et le traitement NIMP 15 ;

Promill, pour les équipements de granulation (lignes de production de pellets), les presses à granulés, les broyeurs à marteaux, les sécheurs à tambours rotatifs à simple ou triple passage, les sécheurs à tapis, les foyers.

Concernant strictement les machines de scierie, trois sociétés étaient à Hanovre :

• Finega présentait un groupe canter, et communiquait non seulement sur les marques qu’elle a regroupé : Ega, MEM, Segem, Rennepont, Ciris, mais aussi sur la base du thème de la scierie 4.0, avec la plateforme technologique Osia ;

LBL Brenta : au-delà des ensembles bâti-chariot pour bois résineux, feuillus et tropicaux, des slabbers – dont le slabber gros bois CT900 – la marque adossée au groupe de mécanique SEEB proposait sa gamme de machines canter- circulaires, dont le centre de reprise CDR 250 et le centre de sciage CDS 450 ;

SGM Services exposait son écorceuse Ø 1.000 mm à rotor flottant, qui s’inscrit dans sa gamme d’équipements pour le parc à grumes. L’entreprise produit également les équipements nécessaires au traitement des produits connexes : broyeurs, tamis, convoyeurs vibrants, etc.

Quid de l’industrie 4.0 ?

Industrie 4.0 : ce terme est flou. Quelles réalités recouvre-t-il concrètement en scierie aujourd’hui ? Ce sujet était pris en compte, à des degrés divers, par l’ensemble des exposants.

En pratique, il s’agit d’intégrer au mieux les aspects informatiques, électroniques, et robotiques dans la conception de la scierie. Dans ce paragraphe, seules les entreprises spécialisées dans ce domaine, ou proposant des produits spécifiquement concernés, sont présentées.

La société autrichienne Fellner Engineering présentait les dernières évolutions du «CSM Heartbeat», apparu en 2014. Les lames de scie circulaire sont soumises à des contraintes multiples, qui s’accroissent avec la tendance à l’augmentation des vitesses de sciage. Vibrations, échauffement, dégradation de l’arête de coupe, corps de lame déformé, etc. Actuellement, de nombreux constructeurs de machines proposent un pilotage par la surveillance de l’intensité électrique appelée par les moteurs des lames : lorsque la consommation d’énergie augmente, cela pilote la réduction de la vitesse d’avance. On constate donc après coup la dégradation des conditions de sciage. Avec le CSM Heartbeat, la détection est plus rapide : le microphone capte le niveau de bruit des lames. Le logiciel analyse ces signaux et pilote la vitesse d’avance de la ligne de façon fine : après une baisse ponctuelle de la vitesse d’avance, la ligne de sciage revient immédiatement à sa vitesse normale.

La prolongation de la durée de vie «en bonne santé» des lames permet d’accéder à différents avantages induits, que l’on choisit selon ses objectifs prioritaires :

• augmentation globale de la vitesse d’avance, car on sait mieux ou est la limite ;

• meilleur pilotage de l’entretien des lames, réduction du temps à consacrer à ces opérations ;

• réduction de l’épaisseur des lames, ou au contraire augmentation des diamètres de lame. La société Fellner est représentée en France par André technologies. La société américaine Joescan, quant à elle, produit exclusivement des scanners 3D en technologie laser + caméra pour scieries depuis 2002, et présentait à Hanovre son nouveau JS-50 WX pouvant être utilisé en longitudinal ou en transversal. JoeScan fait état de collaborations avec les fabricants de machine TS Mfg (Canada), AE (Automation & Electronics, Nle Zélande), Finega (France) […]

Photo : La société allemande Kallfass, dont les produits sont commercialisés en France par VBI, présentait un projet de robot de manutention des liteaux, afin de remplir les chargeurs des empileurs automatiques. 

Voir notre édition verte, Le Bois International, Scierie, exploitation forestière N°24…