Les industriels de l’UIPC appellent à la reprise en aval

Le 18 mai 2020

Dans un récent communiqué, l’UIPC (Union des industries du panneau contreplaqué) souligne que dès mi-mars, les fabricants de contreplaqué ont fait preuve d’un volontarisme déterminé dans la gestion de la crise actuelle, tant sanitaire qu’économique : alors que les usines avaient été mises à l’arrêt suite à l’annonce du confinement, ils se sont organisés en moins de deux semaines pour remettre l’outil productif en marche ; répondant ainsi à l’appel du Gouvernement et assumant leurs responsabilités socio-économiques tant vis-à-vis de leurs salariés que de leurs partenaires économiques (fournisseurs, distributeurs, clients). En lien permanent, et s’appuyant sur leur organisation professionnelle, les dirigeants ont partagé leurs analyses et expériences dans la mise en place des plans de continuité d’activité, réflexion enrichie par la publication du guide de bonnes pratiques «Entreprises industries bois ameublement» (tour de force solidaire et collaboratif de la filière forêt-bois). Ils se sont organisés collectivement pour commander les EPI (équipements de protection individuelle) nécessaires à un redémarrage rapide.
Dès le 1er avril, les premiers sites de production ont ainsi pu reprendre en toute sécurité sanitaire, suivis par les autres la semaine suivante. Les salariés disponibles, appelés sur la base du volontariat, ont répondu présents à plus de 85%. Depuis un mois, l’activité française de fabrication de contreplaqué produit à 70% de sa capacité sans réel problème d’approvisionnement en grumes dans la mesure où les exploitants forestiers, sécurisés dans leur continuité d’activité par la reprise des industries de transformation, ont également joué le jeu.
Cependant, les industriels du secteur expriment aujourd’hui leur inquiétude, réduits qu’ils sont à envisager de nouveau l’arrêt partiel ou total de la production. Ils soulignent ainsi que si les marchés d’exports intra-européens (bâtiment, industries), actifs dans certains pays de l’Union, ont permis d’alimenter a minima la reprise de l’activité, la lenteur de la reprise dans les secteurs de la construction et de l’industrie, en France, induit un niveau de précarité délétère pour l’ensemble des fournisseurs amonts de la filière forêt-bois, ainsi que des autres filières impactées.
C’est pourquoi les industriels de l’UIPC en appellent aujourd’hui à «la prise de conscience, au plus strict civisme et au plus fort sens des responsabilités de chaque élu, comme de chaque entreprise, seuls à même de lever très rapidement les freins au redémarrage simultané de l’ensemble des activités, notamment de la construction et des industries marchandes», tels qu’ils ont cru de leur devoir d’en prendre leur part. En effet, stipulent-ils, «sans redémarrage rapide des marchés et activités les plus aval de notre économie, les efforts de solidarité et les risques pris par les secteurs plus amont de ces différentes filières auront été vains et pourraient concourir à leur propre perte».

(Crédit photo : Olivier Jacques JOOA)