La société foncière Frey acquiert une forêt de 104 hectares en Côte-d’Or

Le 13 juillet 2020

Frey est une société foncière spécialisée dans les grandes opérations de renouvellement urbain ainsi que dans le développement et l’exploitation de centres commerciaux de plein air. Elle a créé son propre groupement forestier, nommé FoREY, et a acquis le 4 juin dernier une forêt de 104 hectares située en Côte-d’Or à Messigny et Vantoux. Le principe d’une enveloppe de 35 millions d’euros a été validé par le conseil d’administration du groupe pour accompagner cette stratégie jusqu’à l’horizon 2030. Frey précise que d’autres acquisitions de forêts sont prévues dans les prochains mois. Pour la société, cette décision d’acquérir et d’exploiter des forêts françaises durablement gérées s’inscrit dans le cadre d’une volonté d’affirmer sa démarche de RSE, en accélérant la sobriété carbone de son modèle, de la construction jusqu’à l’exploitation de ses actifs, et en étant pionnier pour quantifier l’impact financier de son empreinte carbone sur sa rentabilité. À terme, la société foncière souhaite pouvoir maîtriser son approvisionnement en bois de construction, pour alimenter son canal vecteur de projets.

«Si le bois, au travers de l’acquisition et de l’exploitation des forêts, est le pilier fondateur de sa contribution climat et de cette trajectoire ambitieuse et volontaire vers le zéro carbone, la sobriété de l’intégralité du modèle de Frey se retrouve bien au cœur de sa stratégie environnementale», explique la société foncière. «Pour la première fois à l’occasion des résultats 2019, Frey publiait, le 9 mars dernier, un résultat net part du groupe carbone (RNPG).» […] «Le RNPG carbone 2019 du groupe est de 42,8 millions d’euros, soit un RNPG 2019 de 49,7 millions d’euros réduit d’une charge carbone de 6,9 millions d’euros*. Cette charge carbone deviendra pour le groupe un indicateur RSE annuel de référence pour mesurer concrètement les résultats obtenus.» La société foncière Frey s’est fixée l’objectif de réduire cette charge à zéro euro et atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2030.

* Soit la charge carbone correspondant aux émissions totales annuelles du groupe multipliées par un prix du carbone de 25 euros par tonne.

Voir notre édition verte, Le Bois International, Scierie, exploitation forestière N°22…